C

J’ai fini la lecture du dernier hors série RAIDS sur Tsahal dont je vous parlais dernièrement. Outre le fait qu’il m’éclaire pas mal sur une armée que je ne connaissait finalement qu’assez peu, un leitmotiv revient souvent dans cet ouvrage : la revanche. Apparemment l’armée israélienne, se remet en ordre de combat pour la prochaine guerre au Liban contre le Hezbollah. Cette impression est en plus corroboré par de d’autres écrits que cela soit dans la presse spécialisée comme dans celle plus « généraliste ». Il est assez normale pour une armée d’analyser les erreurs et les impairs qui ont été commis lors d’une campagne, en particulier lorsque cette dite campagne a eu des résultats pour le moins mitigés. Il est aussi normal qu’elle se remette en condition. En revanche, il me semble que cet étalage de soif de revanche est en général plus discret. Peut-être n’est-ce que de la propagande destiné a effrayer ses adversaires, mais j’en doute, car j’ai véritablement l’impression que l’idée que l’armée se fait de la guerre au Liban de 2006 est que le « boulot » n’a pas été fini (ou pas correctement fait) et qu’en plus elle se sent humilié par le résultat des combats et les lacunes qu’ils ont révélés.

J’aimerais bien être optimiste, mais je crains qu’il nous faille nous préparer à un nouveau conflit dans quelques temps. Le seul problème, pour nous français, mis à part nos ressortissants au Liban, est la présence de soldats sur place en tant que force d’interposition. Que va-t-il se passer ? Quelles seront les consignes données à nos forces sur place ? Je veux bien croire à l’excellence de nos militaires et du Leclerc, mais pris entre la faiblesse du nombre (1650 soldats, 35 AMX10P, 13 chars Leclerc, 4 AUF1, 2 radars Cobras et 6 postes Mistral. Plus de détail sur defense.gouv.fr) et l’indécision des politiques, j’ai bien peur que cela se finisse mal. D’autant plus que je ne pense pas que cela arrête les militaires israéliens. S’ils veulent passer, ils passeront et sur le corps de nos soldats s’il le faut. Que l’on se comprenne bien, je ne juge pas de la légitimité d’Israël à se défendre. Cependant nos forces surplace nous exposent davantage que dans le conflit précédent. Tout cela me fait penser à deux articles (ici et ici)que j’ai lu récemment sur deux blogs différents. Aujourd’hui nous avons gelé la situation au Liban, mais rien n’a été résolu pour autant. En l’absence de règlement de ce conflit, il est à parier qu’il ressurgira de nouveau.