Warning: is_file() [function.is-file]: open_basedir restriction in effect. File(/mnt/146/sdb/8/b/militaryblog/plugins/importExport/inc/flat/class.db.export.php) is not within the allowed path(s): (/mnt/115/sdb/8/b/militaryblog) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php on line 151

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 249

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 251

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 251

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 251

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/public/lib.urlhandlers.php on line 83

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 274
Editorial - MilitaryBlog

lundi 16 mai 2011

La place du militaire dans la société française

16 05 2011

drapaux_francais.pngJe lis depuis un certains temps beaucoup d’article sur le déclassement occidental en matière de puissance militaire (et de puissance tout court). La maigreur de nos budgets de défense, alliée à une sophistication et des coûts toujours croissants en matière d’armement nous transforme peu à peu en armée d’échantillon. Et encore ce constat vaut pour les deux leaders en la matière en Europe que sont les Français et les Britanniques. Ailleurs c’est de l’échantillonnage allié à de la perte de pan entier de compétences et de matériel. On en est réduit à s’appuyer sur les moyens américains pour tout ce qui est des multiplicateurs de force (ravitailleurs en vol, satellites, transport stratégique, Awacs …)

Ce déclin est d’autant plus grave qu’il est à l’inverse du monde, où, du Moyen-Orient à l’Asie, c’est le réarmement qui prévaut avec une augmentation qualitative ET quantitative, et ce particulièrement dans le domaine navale et dans une moindre mesure aérien. Si les Etats-Unis sont encore la puissance dominante, eux aussi sont confrontés aux problèmes du nombre. Ils ont la technologie d’avance, mais ont de moins en moins les moyens d’avoir le nombre.

Ce déclassement, particulièrement visible en Europe, je le rapprocherais d’un autre phénomène, ou plutôt je dirais qu’il est accéléré par ce phénomène, c’est la disparition des militaires de la société française, non pas physiquement, mais « médiatiquement ».

Le corps des officiers était, au début du XXieme siècle, l’une des composantes de la société française. A ce titre il participait aux débats de la nation. Je pense que la défaite de 1940 lui a fait perdre son statut de référence sur les questions de défense, la défaite ayant montré clairement l’inaptitude des militaire de l’époque à comprendre les changements qui était intervenu dans l’art de la guerre. La défaite coloniale d’Indochine, mais aussi le putsch des généraux d’Alger, ont aussi beaucoup contribués à ce que la parole des militaires soit muselée. La fin de la conscription à achevé cet édifice, en supprimant le lien qu’une bonne partie de la nation avait avec son armée. Dès lors les militaires sont restés dans leurs casernes, invisibles pour la société. C’est à peine si parfois on en parle à l’occasion d’une mort, d’un accident ou d’une crise quelque part dans le monde.

La fin de guerre froide et la paix sur le continent européen durant depuis plus de 65 ans (tiens la Yougoslavie ne fait plus partie de l’Europe !) a convaincu les Européens qu’il n’y a plus guère de danger et que donc dépenser pour cela n’est, dans ces temps de crise, qu’une perte d’argent. Il n’y a qu’à voir la répartition des budgets de l’Etat Français. La défense arrive en 3ieme position avec 45 Md€ derrière la dette 90 Md€ et l’éducation pour 258 Md€.

Résultat, la défense et les intérêts de la Nation ne sont plus perçue par la société et les hommes qui la dirigent qu’à travers le prisme de l’économie et de la diplomatie. Certes ils sont primordiaux, mais tout se passe comme si la force, n’était plus un facteur d’influence, alors qu’il le reste manifestement dans le reste du monde.

Si l’on veut que cette perception change, avant qu’elle ne le fasse brutalement à notre détriment, il convient que nos officiers, militaires en retraites et autres chercheurs diffusent plus largement leur point de vue dans la société. Cela commence déjà avec des publications de très bon niveau, mais qui reste à mon sens assez confidentiel. L’armée devrait beaucoup plus encourager ses hommes à s’investir dans le débat public.

Tout en restant dans leur rôle, es militaires peuvent s’exprimer et communiquer sur leur métier, leur engagement au service de la Nation, mais aussi témoigner des réalités de ce monde.

Cela leur apporterait sans doute plus de reconnaissance qu’ils n’en n’ont actuellement, ce dont ils souffrent, mais aussi plus de prise en compte dans les débats qui ont lieu, notamment en ces temps pré-électoraux. Cela nous changerait pas mal du coté raz des pâquerettes des sujets actuellement abordés.

A vos plumes donc :)

vendredi 28 août 2009

Un peu de nouveau

28 08 2009

Comme vous pouvez le voir, j'ai fait quelques changements sur le site. Changement de version de DotClear pour être à jour, changement de thèmes, et nettoyage dans les plugins du blog. Quelques nouveauté au passage avec la traduction. Je galère encore un peu pour certaines extensions, mais je vais persévérer. Tout n'est pas encore parfait, mais le site est fonctionnel. Si vous avez un avis, je suis preneur

lundi 29 juin 2009

Retour en ligne

29 06 2009

retour_en_ligne.pngJ’ai un peu honte,

Il y a presque un an, j’ai laissé tomber mon blog sans prévenir personne. J’avoue qu’au départ, la pause ne devait pas durer longtemps, mais une chose en entrainant une autre, elle a fini par se prolonger.

Une maison à finir de retaper, le fait de devenir papa d’un merveilleux (forcement !) petit garçon, combiné à une très grosse activité professionnelle, m’a contraint à faire des choix. J’ai aussi été obligé d’abandonner mes lectures favorites, les revues s’accumulaient dans un coin de mon bureau. Aujourd’hui, je comme à refaire un peu surface. Ce n’est pas encore cela, mais ça va mieux. Je vais donc essayer de reprendre le fil. Bien des choses se sont passées depuis mon dernier article. A l’époque c’était le livre blanc et la restructuration des armées.

Depuis il y a eu l’embuscade d’Uzbin, l’accident de Caracassonne, les relations du président avec l’armée, la réintégration de l’OTAN, l’Afghanistan, L’Irak, l’élection d’Obama, les prises d’otages par les pirates somaliens. J’en oublie sans doute encore autant. A chaque fois, j’enrageais de ne pas avoir le temps d’écrire… J’ai essayé de me tenir au courant, et je vais me remettre à écrire. Ce ne sera sans doute jamais du même niveau conceptuel des autres blogs (voir ma bloglist), mais ce sera ma pierre à l’édifice. Je remarque d’ailleurs que la liste des sites s’est élargie, et c’est tant mieux.

J’ai aussi l’impression de mieux comprendre certaines réflexions (comme ce qui est présent sur le site de Joseph Henrotin, ou de François Duran). J’ai a ma plus grande surprise, réussi à lire et a beaucoup apprécier, le livre de Vincent Desportes, L’Amérique en Armes, anatomie d’une puissance. Il fera l’objet d’une petite fiche de lecture prochainement.

Je vais recommencer doucement, peut-être un ou deux articles par mois. Je dois aussi faire évoluer l’outil qui gère mon blog, car de nouvelles fonctionnalités intéressantes sont apparues avec les dernières versions.

« Stay Tune » comme on dit

mercredi 23 juillet 2008

Un an déjà: Bon anniversaire !

23 07 2008

1an_anniversaire.pngCela fait un an que je tiens ce blog. Un an ou j'ai essayé de faire de mon mieux pour apporter ma petite pierre à l'édifice. la qualité est souvent inégale, mais c'est sans doute le fait d'être un amateur qui fait cela.

Je fais de mon mieux, j'essaye de poster quand j'ai le temps, pas assez à mon gout. Je vais continuer parce que j'adore cela. J'ai eu aussi le droit à un certains nombres d'encouragements de la part de vous mes lecteurs 8-) et cela ça fait chaud au cœur croyez-moi.

En un an l'actualité militaire et stratégique a été chargée, notamment avec les guerres en Irak et en Afghanistan, mais aussi avec le livre blanc en France. J'ai parfois loupé certains articles, car je n'ai pas pris le temps de les écrire, voire de les publier (comme sur la démission du Général Cuche par exemple), mais ce n'est pas grave, on apprend en marchant comme ont dit.

Je vous remercie donc de me lire, de m'encourager, de critiquer et de commenter mes écris. Comme un premier anniversaire est aussi l'occasion de faire un petit bilan, je vais donc en profiter pour vous donner quelques statistiques sur le blog.

Commençons par la production. En un an, j'ai écris 66 billets, qui ont suscités 86 commentaires. J'ai créé 34 galeries contenant 325 photos pour la plus part du Bourget 2005. Je tiens d'ailleurs à dire que je suis près à accueillir des photos d'autres personnes si le cœur vous en dit. J'en ai déjà eu une du dernier TigerMeet. LOL

Bon voilà pour le contenu, pour ce qui est des visiteurs maintenant, je dois avouer que j'ai été très surpris. Je pensais que j'écrirais plus pour moi-même que pour les autres, dans le sens ou je n'imaginais pas vraiment être lu régulièrement. Je me trompais (c'est pas la première fois :( ). En fait j'ai des lecteurs réguliers depuis un certain temps, entre 20 et 30 par jour ce qui est énorme pour moi, et m'encourage donc à continuer.

Il se trouve que j'utilise les service de GoogleAnalytics pour savoir un peu ce qui se passe sur ce site. Je vais donc vous infliger quelques statistiques (en images et en chiffres) sur la fréquentation de ce blog.

On commence par la fréquentation depuis l'ouverture de ce blog l'année dernière: 1an_stats_nbvisites.png

On passe ensuite aux moyens d'arriver sur mon blog: 1an_stats_OrigineVisites.png

Sur les 12 574 visites(1), 11 300 viennent de France et le reste des autres parties du monde, j'ai donc préféré séparé les deux afin de rendre ces informations plus lisibles. A tout seigneur, tout honneur, on commence donc par la France: 1an_stats_visitesFrance_carte.png

Et voici pour le reste du monde, la fréquentation par pays (France exclue), et la répartition des visites sur les 10 pays les plus importants (France exclue). On notera que les deux pays autre que la France qui me visite sont la Belgique et les Etats-Unis, ce qui pour le premier vient sans doute du fait que certains blogeurs "mili" qui sont belge (comme J. Henrontin) 1an_stats_visitesMonde_carte.png

1an_stats_visitesMonde.png

Et voilà, donc un an de passé. Quoi de neuf pour la suite. en partie l'actualité décidera, et pour le reste, je vais essayer d'ajouter une fonction de traduction automatique à mon blog, ce sera toujours mieux que rien. On verra cet été si j'ai le temps de faire cela.

Merci donc à tous 8-)


(1) J'utilise aussi un compteur qui se trouve en bas de la barre latérale. Les deux outils étant différents, ils donnent des résultat complètement différent. J'ai tendance à accorder plus de crédit à ceux de GoogleAnalytics, le compteur donne surtout une tendance, c'est mieux que rien sur le site ;)

mercredi 18 juin 2008

La déception du livre blanc

18 06 2008

Superbe article du Figaro sur le livre blanc. Apparemment écrit anonymement, devoir de réserve oblige par un ensemble d'officier généraux des 3 armées, il résume parfaitement ma pensée (en mieux).

Il décrit dans le menu quel était le constat avant le livre blanc, sur l'état de nos forces et les espoirs qui étaient placé en lui et dans le président. Il explique ensuite en quoi ces espoirs n'ont pas été concrétisés et pointe du doigt les 4 incohérences majeures de cet ouvrage qui vont nous faire descendre au niveau de L'italie en Europe, tout en laissant le leadership aux Britannique.

L'article est disponible ici

Bien rédigé et bien expliqué, rompez les rangs 8-)

mardi 17 juin 2008

Progagande

17 06 2008

20h_tf1.pngIl est assez rare de voir les médias traditionnels s’intéresser simultanément aux affaires de défense. La parution du livre blanc est un de ces moments. Nous avons donc droit aux journaux télévisés, à la radio, dans la presse écrite et sur le web à une profusion de nouvelles et de commentaires sur « la nouvelle politique de défense de la France ». Autant je trouve que la plus part des médias s’en tirent pas trop mal en étant objectif, même s’ils ne présentent pas les conséquences des réductions d’effectifs et de budget pour la France, autant j’ai été écœuré par la présentation qu’en a faite TF1 au journal de 20h d’hier soir.

Pour vous faire une idée, vous pouvez aller regarder le reportage sur le site de la chaîne ici

Il faut tout de suite préciser que je ne suis plus depuis longtemps un habitué de cette grande messe télévisée. De part mes horaires, je n’ai pas le temps de la regarder, en plus du fait que son contenu ne m’intéresse guère. On y parle trop, à mon gout s’entendant, de l’actualité française, alors que je suis plus intéressé par celle qui concerne l’étranger. Si on ajoute à cela qu’une bonne partie du journal relève plus du magazine que de l’info, la part restante est trop faible pour que je m’y attarde. C’est sans doute ces raisons qui font que je suis un abonné du Courrier International et que j’écoute plus la radio que je ne regarde les infos à la télé.

Ecœuré donc par la présentation de TF1. Au final on va donc « injecter » 377 Md € dans la défense sur les 10 prochaines années, un chiffre si impressionnant qu’il donne l’image d’une augmentation du budget, là ou il baisse. A ce rythme là, autant prendre les chiffre pour un siècle, ça sera encore mieux. Le second porte-avions, renvoyé à 2012, c'est-à-dire probablement jamais, mais apparemment on s’en fout, les matériels vieillissants, pas grave il y en a plein de nouveau qui arrive (NH90 et A400), sans un mot pour parler du fait que l’on ne remplace même pas un équipement sur deux, ni des « trous » capacitaires que l’on va avoir avec les retards de livraisons suites aux étalements de programmes.

Au final il n’est guère étonnant que nos concitoyens se moquent des questions de défense, quand la présentation qui leur est faite leur indique que tout va bien et que l’on est en train de construire un outil performant et efficace, alors qu’en coulisse on démembre l’outil pour l’adapter à une toute petite puissance, sans rapport avec l’ambition de la France dans le monde, ni à ses intérêts.

On croirait de la bonne vieille propagande. Remarquez, il faut qu’il soit gentil à TF1 avec les cadeaux que notre président leur a fait en voulant supprimer la pub sur France Télévision et la seconde coupure de pub durant les films. Cela vaut bien un petit renvoi d’ascenseur et une couverture bienveillante de la politique du gouvernement.

Alors quoi, quand on supprimer 15 000 poste d’enseignant sur 1 153 000 tout le monde est dans la rue, mais quand on en enlève 54 000 sur 320 000 dans l’armée ce n’est pas grave ? Je vous rappelle que l’on va « injecter » plus de 770 Md € dans les 10 prochaines années dans l’éducation tout de même. Je vous accorde que l’éduction est très importante, et elle a donc la place de choix dans les orientations budgétaire de ce pays, mais il y a là un traitement qui me choque personnellement.

vendredi 30 mai 2008

Les temps sont durs

30 05 2008

sarkozy.pngCela fait plus d’un mois que je désirais publier un post sur la composante aéroporté de la dissuasion nucléaire. A force de le repousser pour cause de manque de temps, le sujet a été brillamment abordé par J. Henrotin dans son blog. Je suis sur la même ligne que lui, à savoir qu’en ces temps de vaches maigres budgétaires, sacrifier cet outil ne nuirait pas forcement à notre crédibilité, mais permettrait (peut-être) de dégager des économies pour d’autres programmes.

Ce n’est pas le choix qui a été fait et je le regrette. Apparemment la volonté de réforme affichée par le pouvoir politique semble avoir une logique que je peine à comprendre.

J’avais aussi dit que je ne trouvais pas cohérent de construire une second PA si c’était pour diminuer le nombre de frégates. Mais si on en arrive à faire les deux (pas de PA2 et 11 Fremm au lieu de 17) alors là c’est le pompon (de marin :-/ )

Plus sérieusement, j’attends du président de la république qu’il annonce clairement que la vocation de la France n’est plus d’intervenir sur la scène mondiale, et que l’on va se contenté d’un rôle similaire à celui de la Belgique, vu que notre armée va bientôt être comparable !

Alors quoi, on va dire 30 000 hommes projetables, 200 avions de combat et 20 bâtiments de guerre, on va faire rigoler du monde croyez moi. Ce n’est plus la 5 ou 7ième place que l’on vise mais la quinzième ou la vingtième. Cela ne me dérange pas, mais il faudrait le dire à nos concitoyens pour que les choses soient claires. Non que cela les intéresse, ils s’en moquent au moins autant que notre président qui ne cache pas son manque d’attrait pour la chose militaire. Au moins on pourra toujours dire, je vous l’avais bien dit. Maigre consolation inutile !

A au fait la prochaine fois que l’on voudra faire les malins en accompagnant des convois du PAM, ou que l’on voudra libérer des otages sur un voilier, hé bien, on ne pourra pas, mais ce n’est pas grave n’est-ce pas ?

On a d’une part un président qui n’arrête pas d’envoyer nos soldats, marins et aviateurs aux quatre coins du monde, et en même temps une diminution drastique des moyen consacré aux armées (pas de PA2, moins de frégates, moins d’hommes et d’avions…) il faut que l’on m’explique, je suis un peu perdu.

J’ai déjà dit que je comprenais que les moyens budgétaires étaient limités, je sais qu’il faut faire des choix douloureux, mais là cela devient du n’importe quoi. Finalement je comprends peut-être pourquoi certains dans la commission du livre blanc ont porté des options encore plus minimalistes (15 000 hommes projetables), peut-être pour assumer pleinement et clairement notre nouveau rôle de non puissance.

Ces choix budgétaires montrent clairement que la France fait le choix du repli sur soi, à un moment où l’état du monde nécessiterais d’aller vers l’extérieur. Ce choix m’attriste, mais peut-on demander à des hommes politiques qui n’ont qu’une vision de la France en France d’avoir une vision de la France dans le Monde, sans doute pas !

dimanche 20 avril 2008

La célébrité ?

20 04 2008

Franchement je n’en n’espérais pas autant en ouvrant ce blog. Au départ c’était plutôt un défi à moi-même, autant technique que rédactionnel d’ailleurs. J’adore le sujet, et je me suis dit qu’en plus j’apprendrais beaucoup à monter une plate-forme complètement indépendante (basée sur Dotclear). Une fois le coté technique réalisée (je suis d’ailleurs près à aider d’autre bloggeurs militaires qui voudraient avoir leur propre plate-forme). Et puis voila, avec les aléas, et malgré une publication en baisse ces derniers temps pour cause de surmenage professionnel, vous êtes toujours au rendez-vous, entre 20 et 30 chaque jour, et çà c’est un vrai choc pour moi.

MilitaryBlog_DSI.jpg

Alors imaginez ma surprise que j’ai vu que j’étais en plus cité dans DSI, la vraie consécration. Bon ils ont mis en avant mon flux RSS d’émission TV, et comme je ne regarde plus guère la télé en ce moment, j’ai aussi moins le temps de regarder les programmes donc de les mettre à jour. Mais en tout cas cela veut dire que je suis lu et cela je vous en remercie. Cela m’oblige donc à continuer :) et c’est tant mieux.

Je pense que je ferais un bilan cet été au 1er anniversaire, et je montrerais un peu les stats de ce blog, en attendant merci et tous et bonnes lectures. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques et/ou critiques, elles sont les bienvenues.

MB

jeudi 27 mars 2008

"Nous étions tous volontaires"

27 03 2008

contractors.png
« Nous nous reposions près des tentes que nous avions dressées au milieu d’un verger en Normandie, et nous nous demandions pour quelle somme nous accepterions de refaire ce que nous avions fait ce jour là si on nous payait. Ce soir là nous sommes tous tombé d’accord pour mettre la barre à 1 000 $ par mission. Mais moins de 10 jours plus tard, nous avions subie de telles pertes que nous sommes revenu sur cette estimation, il n’était plus question de faire cela pour moins de 10 000 $ par mission, et je crois qu’à la fin du mois de juillet plus personne ne parlait de tarif. Aucun mercenaire, quelle que soit la somme proposée n’aurait pu accepter de faire ce que nous faisons, nous qui étions tous volontaires » Quentin Aanenson , Luverne Minnesota, pilote de chasse sur le front européen en juillet 1944. (extrait de la série documentaire The War, ep. 8)

Ce témoignage résonne particulièrement en moi, mais pas forcement pour les raisons que l’on pourrait croire. Je le met en parallèle d’une réflexion que j’ai eu en lisant un article de DSI n°33 de janvier 2008. Plus précisément l’interview du général Vincent Desportes «  Les armées sont clairement aujourd’hui l’ultima ratio de la Nation en raison de « spécificités » qu’elles sont les dernières à détenir. En ce sens, leur efficacité repose sur trois piliers : L’obéissance par principe – une qualité qui n’est plus aujourd’hui partagée -, La disponibilité permanente et la capacité à intervenir de manière structurée et organisée, de façon autonome, quand plus rien ne fonctionne »

Quels sont les points communs de ces deux citations, pour moi, c’est la mise en relief des dangers qu’il y a à utiliser de façon exagéré, comme c’est le cas en ce moment, les sociétés militaires privée (SMP). Ces entreprises prospèrent depuis quelques années. D’un phénomène marginal dans les années 60-70, c’est devenue presque un phénomène de masse au point que le nombre de ces employés serait plus nombreux que les troupes US en Irak. Bien sûr, la plus part ne combattent pas, et occupent des emplois de logistique, mais certains sont en train de se transformer en véritable petite armée privée.

Leur explosion est surtout due au recours massif des anglo-saxons à la sous-traitance. Elle a beaucoup d’avantage parait-il. Les coûts sont moins importants (ce qui n’a jamais été prouvé, particulièrement quand on compare un salaire de soldat à celui de ces contractors), il n’y a pas besoin de les former (ben tiens, comme ce sont des anciens militaires pour la plus part, c’est déjà fait et c’est aussi l’état qui a payé), on peut les employer sans avoir à les justifier car ils sont discret (en somme cela permet aux gouvernant de ne pas avoir à justifier de leurs actes, et cela leur évite donc de longues explications à l’opinion publique), et leur pertes ne sont pas comptabilisé dans celles des soldats (ha oui, on ne vous a pas dit, ce ne sont pas des humains !)

Au-delà de tout cela, ce qui est à mon sens plus inquiétant, c’est plutôt qu’elles commencent à tenir certains pans de l’action militaire. Et autant que je le sache, elles ne respectent aucun des 3 piliers qui font la force des armées.

L’obéissance par principe, c’est ce que l’on attend d’un militaire, parce que sans cela, point de salut. On ne parle pas d’obéissance stupide et aveugle, on parle ici de devoir bien compris, de confiance dans le jugement de ces supérieurs qui fait qu’une mission sera menée à bien. On ne peut pas attendre cela de quelqu’un qui fait cela pour l’argent. Aucun mépris dans ce commentaire, ce n’est juste pas la même motivation. Comme M. Aanenson le rappelait, « Aucun mercenaire, quelle que soit la somme proposée n’aurait pu accepter de faire ce que nous faisons, nous qui étions tous volontaires ». Contrairement à une idée répandue, l’argent n’achète pas tout. Car que faire de l’argent si l’on perd la vie. Il y a donc des valeurs supérieures qui peuvent vous faire faire le sacrifice ultime de votre vie, et il est probable que l’argent ne soit pas de celle-là. Opérer un service de ravitaillement en vol par une entreprise privée est quelque chose de tentant, quand tout va bien en temps de paix. Que se passe-t-il si la guerre oblige les avions et les personnels de cette même entreprise à s’exposer à un danger certain. Le feront-ils, une armée, un pays peut-il accepter ce genre d’incertitudes ?

La disponibilité permanente, ne fait pas forcement non plus parti des pré-requis de ces entreprises. Je travaille dans un domaine ou la haute-disponibilité des matériels est importante. Cette disponibilité se paye, et elle est très chère. Alors parfois on s’en passe pour des éléments jugés moins critiques. Est-ce la même chose avec les fonctions occupées par des SMP ? Comment fait-on pour nourrir des hommes qui doivent partir rapidement pour une mission si la cantine est fermée parce que les employés n’arrive qu’à 7 heures du matin. Bien sûr je ne donne que des exemples extrême, mais je suis sur que des soldats US peuvent trouver des exemples de ce genre en Irak.

La capacité à intervenir de manière structurée et organisée, de façon autonome, quand plus rien ne fonctionne, rien que le fait de recourir à une SMP supprime cette capacité, puisque la force n’est plus autonome, mais dépend d’un tiers non maîtrisable. Non seulement elle diminue l’autonomie de nos forces armées, mais la SMP n’a pas le degré d’autonomie qu’aurait une force armée pour remplir sa mission. De part sa structure para-militaire, elle s’appui sur des infrastructures civiles qui peuvent lui faire défaut. Le maillon le plus faible se répercutant jusqu’au sommet, nos armées dépendent donc d’autres intervenants.

Last but not least, que dire d’une force qui combat pour l’argent et le profit. Non pas que cela ne soit pas louable pour toute entreprise privée, mais ne trouvez vous pas qu’il y a là des sources de dérives potentielles quand cette règle est appliquée à la guerre. Du reste les exemples abondent en Irak de surfacturation et autres scandales en tout genre, le tout protégé par les amis du président américain, sur la vie de GI’s.

Bien sur certaines activités peuvent peut-être être délégué, mais certainement pas sur le terrain des opérations comme c’est aujourd’hui le cas. Des entreprises privées font sans doute un meilleur travail que les militaires dans certains domaines, ce qui permet aux militaires de se concentrer sur leurs métiers de base. Mais ces domaines doivent être identifié clairement, ne pas s’opérer sur un théâtre, ce qui implique de conserver toute la panoplie des compétences, même réduite, chez les militaires.

Bien entendu, cela implique que nos hommes politiques et nos opinions publiques acceptent d’expliquer pour les uns et de comprendre pour les autres que s’engager sur un théâtre d’opérations, de mener un combat, cela comporte des risques et que cela coûte, humainement et financièrement. Cela obligerait à plus de clarté, à plus de réflexion dans les actes, à définir des objectifs politiques clairs et à y mettre les moyens adaptés en conséquence, un chose qu’aucun gouvernement ne semble capable de faire depuis bien longtemps.

mercredi 26 mars 2008

De mauvaise augure

26 03 2008

soldat_francais.pngCela vous semblera sans doute bizarre, mais je trouve enfin le temps d’écrire à nouveau sur mon blog, alors que je suis ….. en vacances ! Mis à part le fait que mon activité professionnelle a subit un gros pic, dont je ne vois pas encore la fin, j’avoue aussi que je manquais sans doute d’inspiration, alors à quoi bon ennuyer le monde ;)  Du reste, le retour à mes lecture et l’actualité me redonne le goût de l’écriture, alors allons-y gaiement !

J’avais fondé un certains nombres d’espoir sur nos nouveaux dirigeants, arrivée depuis l’élection présidentielle de mai 2007. Je ne peux pas encore dire que je suis déçu, mais je ne trouve pas que tout va dans la bonne direction.

Certes, il faut réformé, et l’institution militaire comme les autres. Le livre blanc va dans ce sens. Ceci étant dit, il ne faudrait pas que ce dernier ne soit que le paravent permettant de justifier une énième réduction de nos forces, à l’heure où il semble que les besoins n’aient jamais été aussi importants depuis la fin de la guerre froide.

Réduire le nombre d’implantation, pourquoi pas, cette notion de Base de Défense, n’est sans doute pas mauvaise, mais je me demande si elle ne va pas coûté plus qu’elle ne va économiser. Je suis entièrement d’accord avec le fait que l’armée n’est pas là pour faire de l’aménagement du territoire. Son rôle est de nous protéger, nous, notre territoire et nos intérêts. En cela, il est donc logique que l’on puisse réimplanter nos forces en fonction de nos impératifs de défense. Reste que passer de plusieurs centaines d’implantation à 90, risque de poser quelques problèmes de logement. Car même si l’on annonce une réduction des forces, il risque d’y avoir un peu d’embouteillage surtout pour l’armée de terre. Comment va-t-on loger un régiment de l’AdT dans une base aérienne qui n’a pas été conçu pour cela. Cela va demander des investissements conséquents qui risquent de supprimer les effets du regroupement pour longtemps. Cela pose donc question. Reste que cette question, n’est que d’ordre technique, et peut donc trouver une solution, sans doute par la vente des implantations abandonnées. On verra bien ce qu’il va advenir.

Mon plus gros sujet de préoccupation est plutôt la diminution drastique des forces qui semble se profiler. Là je crois qu’il faut tirer la sonnette d’alarme. Je trouve pour le moins étrange, au moment où nos forces sont éparpillées aux 4 coins du globe (plus de 33 000 en comptant ceux qui sont en Afrique), de vouloir réduire le nombre des hommes d’au moins 50 000. Certes, tous ne sont pas militaires, certes, tous ne vont pas partir tout de suite, mais quand même. Que l’on songe que les américains, anglais et autres membres de l’OTAN engagés en Afghanistan, ou en Irak disent qu’il faut plus d’hommes pour tenir le terrain, que la technologie et la RMA ne font pas tous, et nous tranquillement on réduit nos forces.

Faudrait savoir, comment peut-on tenir notre rang sans forces adéquates. Comment peut-on compter sans le nombre. C’est simple on ne comptera pas. Remarquez, ce n’est peut-être que le constat que de ce qui est déjà peut-être un fait. Quand on ne peut pas déployer plus de 6 chasseurs en Afghanistan, comment peut-on être pris aux sérieux par nos alliés.

Réduire nos forces n’est pas une manière de renforcer nos positions en sécurisant nos programme, c’est une manière de faire rentrer des ronds dans des carrés. C’est une vision comptable des choses, et qui plus est une vision à très court terme. Admettons que cela permette une gestion saine, en supprimant quelques programmes, et en réduisant nos forces, nous maintenons un ensemble cohérent, qu’arrivera-t-il quand les prochaines générations de matériel exploseront les budget, on réduira encore. Remarquez le seul avantage, c’est que comme cela lorsque, comme le disait Norman R. Augustine « en 2050, tout le budget du Pentagone servira a acheter un chasseur tactique qui servira 3 jours par semaine à l’USAF, 3 jours par semaine à l’US Navy et le dernier jour au Marines Corps », hé bien on aura tellement réduit les effectifs que l’on aura qu’un seul pilote pour cet avion !

Même si cela est exagéré, je ne pense pas que cette description des faits soit si éloignée que cela de la réalité. Les américains eux-mêmes en sont conscient. De 9 000 hélicoptères à la fin de la guerre froide, l’Army en a perdu 5 500, presque les deux tiers ! Et la liste est la même pour les autres armes. Que l’on songe en France. Dans les années 90, on nous expliquait que le seuil minimum pour les armées c’était en gros 450 avions de combats, 100 navires de guerre, et 1 000 chars. Je ne suis même pas sur que nous en sommes à la moitié actuellement. Alors même que nous n’avons jamais été aussi engagé à l’extérieur que depuis la fin de la guerre froide. A quoi tout cela rime-t-il ?

Quand est-ce que les politiques, et les citoyens de cette nation comprendront qu’une armée c’est comme une police d’assurance. Tout le monde râle pour la payer car elle ne sert à rien tant qu’il n’y a pas de sinistre. En revanche, une fois le sinistre arrivé, vous en pouvez plus revenir en arrière, c’est trop tard. Une armée c’est pareil, cela se construit et s’entretien sur la durée. Je regarde actuellement une série de documentaires sur Arte « The War » qui raconte d’une manière originale la seconde guerre mondiale. On se rend compte de la formidable mobilisation qu’il a fallut pour que les américains obtiennent une industrie de guerre et une armée digne de ce nom. Il leur a fallut au moins 2 ans pour obtenir ce résultat. Aurons-nous ce laps de temps pour le prochain conflit, qu’il soit majeur, « mineur », à nos portes où lointain, nul ne le sait, mais le fameux principe de précaution mis à toutes les sauces voudrait que l’on s’y prépare avec un peu plus de sérieux, et pas en essayant de juste tenir un budget. Une bonne gestion est nécessaire, car nos ressources sont limitées, et il faut donc tenir compte de cette réalité, il y a donc des réformes à engager, mais réformer ne veut pas forcement toujours dire réduire les forces et les programmes pour les faire coïncider avec nos besoins de réduction des déficits. On a balancé de l’argent par milliards ces derniers temps, et rien pour notre défense. A coté de cela on s’embarque dans un certains nombres d’opérations dont on ne voit pas forcement l’objectif, mais cela j’y reviendrait.

Faut-il réformer, bien sur, redistribuer les implantations militaires, oui encore, revoir les effectifs, pourquoi pas tant que l’on ne touche pas au combattants, ce qui ne sera pas le cas, mais ne pourrait-on pas augmenter aussi le budget, réexaminer tous les programmes et faire des choix ? Aujourd’hui j’ai l’impression que seule la logique de déflation ne prévaut au sein de notre exécutif, et j’ai peur que l’on se retrouve un jour dans la situation d’avoir une crise majeur et personne pour « assurer » cette crise.

lundi 21 janvier 2008

Non je ne suis pas mort

21 01 2008

Tout est dit dans le titre. La nouvelle année commence, et eklle démarre fort sur le plan professionnel. Résultat, des déplacements, du boulôt à plus savoir qu'en faire. De tout cela je ne me plains pas, mais cela me laisse moins de temps pour poster sur mon petit blog.

Il me faut donc un peu de temps pour m'organiser et revenir vers vous avec régularité. Je sais que certains d'entre vous me lisent régulièrement, alors rassurez-vous, I'll be back , il faut juste être un peu patient.

En attendant, et comme le mois de janvier n'est pas encore fini, je vous souhaites à toutes et à tous une très bonne année 2008.

lundi 24 décembre 2007

Joyeux Noël

24 12 2007

joyeux-noel.pngA tous les soldats, marins et aviateurs en mission pour la France aux 4 coins du globe, je souhaite aujourd’hui un Joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d’année. J’ai une pensée pour ces femmes et ces hommes qui risquent leur vie au quotidien pour nous. Loin de leurs familles pour certains, et parfois dans des zones de combat, j’espère qu’ils auront la possibilité de passer un moment agréable, lorsque nous festoierons bien au chaud dans nos maisons et avec nos familles. Je pense aussi à tous ceux qui seront d’astreinte pour nous protéger ou nous soigner (médecins, infirmières, pompiers, policiers, gendarmes, militaires et j’en oublie sans doute). De même, j’aurais une pensée pour les familles de nos soldats morts en service cette année et dont les proches passeront un premier noël sans eux.

A tous donc JOYEUX NOEL, et une BONNE ANNEE.

dimanche 23 décembre 2007

Vacances

23 12 2007

houx.pngLes fêtes arrivent !

Comme beaucoup je vais prendre une semaine de repos. Je ne serais pas forcement en mesure poster de message cette semaine.

Je vous souhaites donc à tous un joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d'année. Une petite pensée aussi pour nos soldats qui vont passer ce Noël loin de leur famille.

Bonnes fêtes à tous et à l'année prochaine 8-)

mardi 18 décembre 2007

Réactions au regroupement des Etat-majors

18 12 2007

pentagone.pngLes réactions au regroupement des états-majors militaires français et du MinDef en un seul lieu ont été nombreuses. Comme toute décision de ce genre, elle a ses partisans (dont je fais partie) et ses opposants. L’un des arguments opposés est le déplacement des militaires de bâtiments historiques prestigieux. En gros, il est affirmé que à force de diminuer le prestige de la Nation, on fini par convaincre l’homme de la rue que l’Etat est moins important que d’autres acteurs (économiques par exemple), et qu’il est donc moins respectable. C’était le sens de la citation de M.Merchet lorsqu’il dit "Passé un certain seuil, l'abaissement de l'Etat face aux puissances d'argent et d'image peut entraîner celui du quidam. (...) Ses rituels de majesté, c'est aussi notre liberté de citoyen. Quand un ambassadeur de France regagne son poste à Singapour, Rome ou New York en classe éco, tandis que les chefs d'entreprise, directeurs de banque et communicants voyagent dans le même avion en première classe, on peut dire d'avance qui, dans leur pays de résidence, tient le haut du pavé".

Je comprends l’argument, mais je ne pense pas qu’il soit forcement recevable dans ce cas précis. Il est normal que l’Etat Français garde un certain « standing » afin d’en imposer aux autres, cela je le conçois. Mais d’une part, je ne pense pas que cela doive se faire au détriment de son efficacité, hors les locaux de l’hôtel de la Marine ne sont pas du tout adapter à la mission de l’EM actuel. J’en sais quelque chose, j’y ai travaillé pendant mon service national. Un bâtiment moderne, avec des locaux adaptés à l’informatique ne serait pas du luxe. Je me souviens de serveurs qui tombaient régulièrement en panne, car il n’y avait pas de place pour les loger dans des locaux adaptés (électricité, réseau et climatisation). Ensuite d’autre part, je ne vois pas en quoi le fait d’avoir un superbe monument historique comme siège, donne plus de crédit à notre défense nationale. Il me semble que des navires de combats, des avions, des hommes bien formés sont autrement plus crédible qu’un bâtiment en plein cœur de Paris.

Pour compléter ma réponse j’ai envi de répondre aux 4 arguments avancés dans son post du 13 décembre:

"1) Faire des économies ? C'est le but affiché. Mais il va falloir construire un nouveau bâtiment, sans doute de très grande taille. Ce sera cher, d'autant qu'il faudra y installer des sites aussi sensibles que le CPCO (centre de préparation et de commandement des opérations) ou le COFN (centre opérationnel des forces nucléaires) avec tous les réseaux de transmissions sécurisées afférents. Pour financer la construction et le déménagement, il faudra donc vendre le patrimoine historique (Hôtel de la marine, îlot Saint Germain, etc) à des groupes d'investisseurs privés. J'ai dit hier tout le mal que je pensais de cette affaire."
Il est en général tenu pour acquis que les réformes coutent souvent de l’argent à mettre en place et celle-ci ne devrait pas faire exception. Effectivement, la construction d’un grand bâtiment adapté aux besoins militaires et sécurisés coutera de l’argent. Mais en général on investi pour ensuite générer des économies. Les économies attendues sur le long terme sont donc plus importantes que les dépenses pour les financer. Et encore on ne parle que d’argent, et pas de bénéfice opérationnel qui compte aussi dans une telle réforme. Reste effectivement à trouver l’argent pour financer cette réforme, argent, dont le ministère manque. Dans l’article du Figaro, il était fait mention de la vente d’une partie du terrain ou serait construit le futur EM. Rien n’est indiqué sur les sites actuels. Je préférais aussi que ces sites historiques restent dans le giron de l’Etat et en ce sens je rejoins M. Merchet sur ce point.

"2) Améliorer les conditions de travail et l'efficacité ? Force est de constater que de nombreux officiers d'état-major travaillent dans des conditions sommaires. Rue Royale, il n'est pas rare que plusieurs capitaines de vaisseau partagent un bureau étroit, glacial en hiver et surchauffé en été. Peu de choses y ont évolué depuis que Maupassant y avait son ... L'endroit est beau, mais guère confortable. Dans l'armée de terre, de nombreux services s'entassent désormais dans des préfabriqués posés dans la cour de l'Ecole militaire... La bonne idée est sans doute de déconcentrer le maximum de choses (et donc de gens) en province, comme l'a fait l'armée de l'air avec son plan Air 2010. Avec l'idée, simple mais intelligente, de choisir des villes reliées entre elles par le TGV : Bordeaux, Tours, Metz, Lyon et Paris."
On est donc tous d’accord sur le fait que les locaux ne sont pas adapté donc ;-) , mais imaginer les frais de déplacement et le temps perdu si les personnes sont dispersés aux 4 vents. Je travaille dans une entreprise qui pour des raisons historiques et opérationnelles est très dispersé, et bien d’expérience, je peux vous dire que c’est galère. Bien sur il y a la messagerie, le mail, le chat et la visio, mais cela ne remplace jamais tout à fait les « vrai réunions ». Quant on a une infrastructure centralisé, il serait dommage de la décentralisé de la sorte. Les déplacements sont une perte de temps, d’argent, et génère des risques inutile. Alors à part gonfler les comptes de la SNCF, je ne vois pas vraiment l’intérêt.

"3) Montrer qui est le patron ? Et cela a deux niveaux : le ministre de la défense (MinDef) et le chef d'état-major des armées (Cema). En regroupant autour de lui les états-majors et les grands services, le MinDef veut reprendre la main, en particulier vis-à-vis du Cema doté depuis 2005 d'importants pouvoirs. Celui-ci pourrait être tenté de traiter directement avec le président de la République, qui est le chef des Armées. Le Cema entend, lui, transformer les différents chefs d'état-majors (Terre, Air, Mer) en véritables adjoints, éventuellement moins "étoilés" que lui. L'interarmisation serait ainsi poussée jusqu'au bout et les chefs d'état-majors cesseraient d'être les patrons de leurs armées. En regroupant tout le monde dans un même lieu, on espère redistribuer le pouvoir."
Effectivement, je pense que c’est un des objectifs de la réforme, et je suis d’accord avec, donc là encore je n’ai pas de problème. Si on renforce l’interarmisation, on permettra à nos armées d’avoir les mêmes services, mais pour un coût moindre. Je pense que cal va donc dans le bon sens. Quand au sens politique de savoir qui va être le patron, je ne suis pas sur que le regroupement changera fondamentalement la donne des petites guéguerres que se livrent les armées et les services centraux. L’expérience américaine du pentagone montre que le regroupement de tout le monde en un lieu unique n’a pas fait taire les querelles de clocher.

"4) En finir avec les traditions ? Le mythe américain fonctionne à plein. Un Pentagone à Balard, voilà qui fait moderne. Gageons que, dans de nombreuses réunions, la langue de travail sera bientôt l'anglais, au fur et à mesure que la France réintégrera l'Otan."
On sent donc que l'auteur est opposé à la politique actuelle de rapprochement avec l’OTAN, parce qu’a part cela, je ne vois pas vraiment la pertinence de l’argument. Critiquer cette réforme au motif qu’elle serait faite pour copier le modèle américain est aussi idiote que l’encenser parce copiant ce même modèle. Les américains ont sur certains points des choses à nous apprendre, tout comme l’inverse est vrai. Ne faisons pas ce que nous leur reprochons, à savoir ne pas tenir compte des avis et expériences des autres.

Si rassembler tout les EM et le MinDef en un seul lieu est générateur d’économie et de meilleur fonctionnement, ce que je crois à terme, alors faisons le, et cessons de rester ancré dans notre « glorieux » passé, dans de magnifique bâtiment que nous n’avons plus forcement les moyen d’entretenir, pendant que nos forces s’affaiblissent. Allons de l’avant, sans renier notre histoire et nos spécificités, mais sans que celles-ci ne nous freine dans notre avancée.

jeudi 13 décembre 2007

Le livre blanc sur la défense est-il un cache misère ?

13 12 2007

Logo_Republique_Francaise.pngDepuis un certain temps, il devient assez systématique de reporter à l’après livre blanc sur la défense te la sécurité les décisions d’achat ou de commande de nouveaux matériels. Le PA2, le second lot des frégates FREMM, des avions , des missiles, des blindés, des hélicoptères, j’en passe et des meilleurs. Je peux comprendre que certaines capacités peuvent être suspendus à la rédaction de ce document, mais je doute que l’on puisse lui faire porter l’ensemble des retard qu’on lui attribut.

En effet de deux choses l’une. Soit notre politique extérieur change du tout au tout, et donc abandonnant des pans entiers de notre activité actuelle, il est nécessaire de modifier en profondeur notre politique d’armement. Soit nous allons adapter quelque peu cette politique, et auquel cas, une certain nombre de commande ne devrait pas se réfugier derrière ce paravent. Car enfin mettons nous d’accord, le vrai problème ce n’est pas une inadaptation de notre stratégie par rapport au monde, mais bien une inadaptation de nos ambitions par rapport à nos moyens. Dès lors le soucis n’est pas ce que nous voulons faire, mais ce que nous somme capable de financer, et de ce point de vue, les chiffres sont connus. Certes, il convient d’adapter notre stratégie au monde actuel, ce qui peut supposer certains ajustement dans les moyens que nous consacrons à notre défense, mais pas au point de remettre en cause un second porte-avions (que l’on soit pour ou contre). Le seul problème du PA2, pour ne citer que cet exemple, ce n’est pas son utilité, c’est son coût important.

Ce que je ne voudrais pas, c’est que le livre blanc, par ailleurs très important pour notre défense, ne serve qu’à justifier à posteriori des décisions dont les vrais motifs sont uniquement budgétaires.

jeudi 29 novembre 2007

Asbence momentannée

29 11 2007

Le boulot et d'autres évènements m'empêchent d'écrire cette semaine dans mon blog préféré ;) J'espère avoir plus de temps la semaine prochaine pour de nouveaux billets.

Je vous remercie d'avance de votre confiance et de votre patience,

Cordialement,

jeudi 22 novembre 2007

A l'heure des choix

22 11 2007

choix.pngL'heure des choix va bientôt arriver. Nous le savons tous, il n'y a pas assez de moyens face aux besoins, et le politique n'est pas un magicien. Il manque de l'argent dans les caisses pour investir dans la défense de la France. Le problème est qu'il manque de l'argent un peu partout. Une nation ne peut pas vivre à crédit éternellement. Cela ne serait pas plus raisonnable de s'endetter que de laisser tombé notre outil de défense. Alors que faire.

J'en veux un peu à nos dirigeants, les plus récent nous ont engagé dans des voies financières qu'ils savaient ne pas pouvoir tenir, les plus anciens ont laissé notre outil se détériorer laissant au suivant la tâche colossale de le remettre à niveau. Le résultat ce sont des programmes abandonnés, des matériels vieillissants, et des coûts d'entretien qui atteigne des sommets, quand l'entretient est encore possible. Avec tout cela on a une disponibilité des matériels qui s'effondre, et du mal à tenir notre rang.

J'en veux aussi un peu à nos compatriotes qui ont laissé faire nos hommes politiques en se partageant les fameux "dividendes de la paix". Mais quoi comme dit la citation "le peuple a mal voté, changeons le peuple !" Non bien sur, la démocratie est ainsi, et d'ailleurs sur quoi rogner, la santé, l'éducation, les infrastructures, les retraites, ... cela ne serait ni souhaitable ni compréhensible par nos compatriotes.

Au minimum, j'attends que l'on adopte enfin une attitude raisonnable. De mon point de vue cela signifie:

  • Cesser de considérer le budget de la défense comme une variable d'ajustement
  • Réorganiser l'appareil militaire pour accroître son efficacité, et ne plus en faire un outil d'aménagement du territoire
  • Afficher des ambitions et mettre des moyens proportionnés en face
  • Avoir une politique d'achat optimale pour notre défense et pas forcément pour nos industries de défense. Les deux ne sont pas incompatible loin de là. Nos entreprises sont importantes à plus d'un titre (poids économique, savoir faire, recherche, indépendance), mais il est notable que nous n'avons plus les moyens de certains grands programmes nationaux.

Rien que cela, ce serait déjà pas mal. Le pays a déjà rehaussé son effort, et même s'il était temps, il est bon de le saluer car tous n'aurait pas agi de même dans des circonstances égales.

A priori je dirais que l'actuel président, quoi que l'on puisse en penser par ailleurs, est assez pragmatique, et certains des points évoqués plus haut vont dans le sens de la politique qu'il a énoncé. Reste à savoir si les moyens seront mis en face des ambitions qui semblent être grande. J'adore mon pays, et rien ne m'en rend plus fier que quand il affiche de grandes ambitions. Cela doit être un truc de français. Nous partageons cela avec les américains, nous sommes un peuple universaliste, dans le sens ou nous pensons que nous devons propager nos idées à travers le monde et que nous pensons que ces idées sont universelles. Pour ce sont les droits de l'homme, et pour les américains ce sont la démocratie et la liberté. Bien sur on s'égare en chemin, comme en Irak, mais le fond reste quand même.

Bref, je ne suis cependant pas vraiment sûr que cette fois les moyens correspondent aux ambitions ..... encore. Nous verrons bien, et je lui fais volontiers le crédit, mais à force d'être déçu, on ne se prend plus à rêver.

Je fais sans doute partie de cette infime minorité de français qui serait prêt à voir ma contribution au budget de la nation augmenter, si cette dernière était affectée à notre défense. Que l'on ne se méprenne pas, je ne suis pas plus à l'aise que la plupart de mes concitoyens, et je ne suis pas non plus un gros dingo qui pense que plus on a de chars d'avions et de frégates, mieux c'est. :-/ en revanche, je constate que lorsque l'on déploie des forces en Afghanistan, on a du mal en sortir plus de 6 avions. 6 vous vous rendez compte, nous sommes la France et on aligne 6 malheureux avions. Un de ces quatre on ira avec des élastiques et des pierres ! En ce moment nous sommes sans porte-avions, l'année prochaine nous auront un trou dans notre dissuasion avec seulement 3 SNLE, nos avions ravitailleurs en vol ont 44 ans de service. Je pourrais continuer cette liste longtemps.

Pour autant, tout ne va pas si mal, nous avons un personnel militaire compétent, dévoué et débrouillard, ce qui a toujours été une qualité de nos armées. Certaines situations se sont améliorée, la MCO de la flotte pas exemple, et il me semble que le débat autour des armées se soit ranimé, signe d'une évident renouveau qui fera peut-être avancer les chose.

La direction de l'Europe de la défense semble être le seul salut pour donner à notre continent une défense forte, et faire de l'Europe une puissance qu'elle mérite d'être. Cette direction nous semblons la prendre, mais j'ai peur que nous soyons un peu seul. Le chemin sera encore long. Il nous faudra encore du travail, ne serait-ce que pour fusionner nos industries d'armements. Il n'est pas normal que nous ayons autant de programmes d'armements concurrent en Europe, là ou les américains n'en n'ont qu'un. Il n'est pas normal que l'industrie aéronautique européenne investisse massivement dans un programme militaire américain (le JSF) en espérant des retombés que les américains ne nous donneront pas !

Oui, nous sommes bientôt à l'heure des choix, et je jugerai sur pièce. Je ne m'attends pas à un miracle, car nous sommes sur terre et pas au ciel, mais au minimum à une parole sans langue de bois, et des choix cohérents, adossé à des objectifs compatibles. Cela me semble un minimum pour nos concitoyens qui payent pour être protéger. Cela me semble un minimum pour nos soldats, marins et aviateurs qui servent notre pays, et qui parfois engage leur vie pour cela.

jeudi 08 novembre 2007

Ajout de Feedburner sur MilitaryBlog

8 11 2007

fil_rss.pngTant qu'a être lu, autant avoir un peu d'informations sur ces lecteurs. Rassurez-vous rien de bien personnel, mais il est toujours intéressant de savoir combien vous êtes et ce qui vous intéresse le plus sur mon blog :-)

Pour cela j'utilisais déjà GoogleAnalytics, la très bonne plateforme de l'éditeur éponyme, mais il me manquait un peu le trafic venant des fils RSS de ce site. C'est chose faite aujourd'hui car je me suis créer un compte sur FeedBurner (qui vient d'être racheter par Google) afin d'avoir quelques infos sur la fréquentation de ce site. J'ai donc ajouter les nouveaux liens RSS sur ce blog. Vous les trouverez à la même place que les précédents.

Je remercie par avance mes fidèles lecteurs de bien vouloir mettre à jour leur lecteur de RSS favoris. Les anciens liens RSS fonctionneront toujours, mais cela me permet juste de vous compter.

mardi 06 novembre 2007

Toujours en vie !!

6 11 2007

Pour rassurer mes lecteurs, ce blog est bien toujours en vie.

Entre vie professionnelle un peu chargé, et des congés de la Toussaint qui m'ont éloigné de toutes connexions, je n'ai pas pu poster de nouveau billet. Je vais tâcher de réparer cette erreur au pus tôt. J'ai l'idée, il ne me manque plus que le temps pour écrire et poster.

Je pense que j'aurais du vous prévenir de cette petite période d'accalmie, et je veillerais à ce qu'il en soit ainsi la prochaine moi. Une erreur de jeunesse de communication que vous me pardonnerez, enfin je l'espère :-(

mardi 16 octobre 2007

Audition du livre blanc de la défense

16 10 2007

ltco_froussard.pngAlors je vais y aller moi aussi de mon petit commentaire. J’ai découvert sur Secret Défense, un post sur une audition par le sénat d’un militaire dans le cadre de la rédaction du livre blanc de la défense. L’intervention du lieutenant-colonel (Air) Bruno Foussard, que l’on peut voir dans son intégralité ici est à plusieurs égards remarquables.

Outre le fait que cet homme semble être quelqu’un de brillant, au vu de sa carrière, il a eu aussi le mérite de parler me semble-t-il avec franchise de l’état des forces qu’il a eu sous son commandement tant d’un point de vu matériel qu’humain. J’ai d’ailleurs particulièrement apprécier le passage sur les valeurs qui animent les personnes servant sous les drapeaux, ce qui constitue à mon sens un rappel utile. Je sais que certains trouvent cela désuet, mais cela change des couplets sur les militaires sanguinaires et idiots que l’on peut lire et entendre ici ou là. Une petite remarque cependant. Le lieutenant-colonel Froussard indique que le l’esprit de sacrifice serait une valeur particulière aux militaire, en ce qu’il accepte de donner éventuellement leur vie pour les autres au sens littéral du terme. C’est en partie vrai. Il me semble que cette valeur fait aussi partie de métiers plus civils comme les pompiers ou les forces de police. J’inclurai aussi dans cette liste les personnels de santé qui s’exposent aussi à des risques non négligeable parfois (contamination) pour sauver et porter secours aux autres.

Seconde remarque sur un point de détail, il a indiqué qu’il avait fallu 6 ans pour être formé au pilotage et 2 ans supplémentaire avant d’être réellement « rentable » pour l’armée de l’air. Je suppose qu’il voulait souligner la difficulté à être formé, mais aussi l’investissement que cela demande. Je ne sais pas à partir de quand il comptait ces 6 années (entrée à l’école de l’air ?), mais je remarque juste qu’il faut 5 ans pour former un ingénieur, et 8 ans pour un médecin. Je ne pense donc pas qu’au vu de la haute technicité du métier de pilote de chasse, le temps de formation et donc de « non rentabilité » soit beaucoup plus élevé que dans d’autres professions très spécialisés.

Ceci étant dit, j’ai beaucoup apprécié son intervention. Elle a le mérite d’être claire, exprimé calmement, mais elle donne surtout un aperçut de l’ampleur du problème. En gros, « on est en train de décrocher », et que nous n’avons plus les moyens de nos ambitions. Donc pour moi la conséquence, c’est que soit on diminue nos ambitions, soit on augmente nos moyens. Cela fait très binaire, mais se masquer al réalité en faisant des circonvolutions serait retombé dans les errements que nous avons connu ces 20 dernières années. On peut toujours améliorer les choses, rationaliser, économiser et restructurer, mais même avec cela il est douteux que l’on dégage la marge nécessaire pour maintenir nos missions. D’autant plus, et cela était souligné par le lieutenant-colonel Froussard, que l’armée a subi beaucoup de réorganisation, et qu’elle aspire à un peu de stabilité. Il serait sans doute tant d’arrêter de la restructurer pour dégager des moyens que la nation ne veut pas lui accorder, tout en se servant du budget de la défense comme d’une variable d’ajustement. Il est vrai qu’un effort a été consenti ces dernières années, mais le retard à rattraper était et est toujours important.

Ce qui était frappant aussi, c’était cette vérité énoncé, que nos militaires mesurent aussi la reconnaissance du pays de leur travail et de leur sacrifice à l’aune des moyens que la nation accorde à sa défense, et je ne parle pas des soldes. Il est assez frappant de voir que déployer 6 avions de chasse en Afghanistan nous pose un problème, ou tout du moins se fait sentir, alors que d’autres nations, et sans parler des Etats-Unis en déploient beaucoup plus. Apparemment on a été capable d’en envoyer 80 au Kosovo en 1999 et 8 ans plus tard on rame pour 6. Le temps où l'on ne pourra plus rien faire n’est sans doute plus loin. Et encore, il semble que l’on reste poli avec nous, car on ne nous sortira pas d’une coalition, on nous dira juste qu’il n’est pas possible de travailler avec nous. De quoi sauver la face de nos politiques, tout en nous marginalisant sur la scène mondiale.

Comme je l’ai lu sur les commentaires du post sur Secret Défense : « Nos dirigeants fonctionnent comme des beaufs dont la maison tombe en ruine mais qui s'achètent un écran plat de 1,30m pour regarder la télé. »

- page 1 de 2