Warning: is_file() [function.is-file]: open_basedir restriction in effect. File(/mnt/146/sdb/8/b/militaryblog/plugins/importExport/inc/flat/class.db.export.php) is not within the allowed path(s): (/mnt/115/sdb/8/b/militaryblog) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php on line 151

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 249

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 251

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 251

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 251

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/public/lib.urlhandlers.php on line 83

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/plugins/autoBackup/_define.php:151) in /mnt/115/sdb/8/b/militaryblog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 274
MilitaryBlog

lundi 16 mai 2011

La place du militaire dans la société française

16 05 2011

drapaux_francais.pngJe lis depuis un certains temps beaucoup d’article sur le déclassement occidental en matière de puissance militaire (et de puissance tout court). La maigreur de nos budgets de défense, alliée à une sophistication et des coûts toujours croissants en matière d’armement nous transforme peu à peu en armée d’échantillon. Et encore ce constat vaut pour les deux leaders en la matière en Europe que sont les Français et les Britanniques. Ailleurs c’est de l’échantillonnage allié à de la perte de pan entier de compétences et de matériel. On en est réduit à s’appuyer sur les moyens américains pour tout ce qui est des multiplicateurs de force (ravitailleurs en vol, satellites, transport stratégique, Awacs …)

Ce déclin est d’autant plus grave qu’il est à l’inverse du monde, où, du Moyen-Orient à l’Asie, c’est le réarmement qui prévaut avec une augmentation qualitative ET quantitative, et ce particulièrement dans le domaine navale et dans une moindre mesure aérien. Si les Etats-Unis sont encore la puissance dominante, eux aussi sont confrontés aux problèmes du nombre. Ils ont la technologie d’avance, mais ont de moins en moins les moyens d’avoir le nombre.

Ce déclassement, particulièrement visible en Europe, je le rapprocherais d’un autre phénomène, ou plutôt je dirais qu’il est accéléré par ce phénomène, c’est la disparition des militaires de la société française, non pas physiquement, mais « médiatiquement ».

Le corps des officiers était, au début du XXieme siècle, l’une des composantes de la société française. A ce titre il participait aux débats de la nation. Je pense que la défaite de 1940 lui a fait perdre son statut de référence sur les questions de défense, la défaite ayant montré clairement l’inaptitude des militaire de l’époque à comprendre les changements qui était intervenu dans l’art de la guerre. La défaite coloniale d’Indochine, mais aussi le putsch des généraux d’Alger, ont aussi beaucoup contribués à ce que la parole des militaires soit muselée. La fin de la conscription à achevé cet édifice, en supprimant le lien qu’une bonne partie de la nation avait avec son armée. Dès lors les militaires sont restés dans leurs casernes, invisibles pour la société. C’est à peine si parfois on en parle à l’occasion d’une mort, d’un accident ou d’une crise quelque part dans le monde.

La fin de guerre froide et la paix sur le continent européen durant depuis plus de 65 ans (tiens la Yougoslavie ne fait plus partie de l’Europe !) a convaincu les Européens qu’il n’y a plus guère de danger et que donc dépenser pour cela n’est, dans ces temps de crise, qu’une perte d’argent. Il n’y a qu’à voir la répartition des budgets de l’Etat Français. La défense arrive en 3ieme position avec 45 Md€ derrière la dette 90 Md€ et l’éducation pour 258 Md€.

Résultat, la défense et les intérêts de la Nation ne sont plus perçue par la société et les hommes qui la dirigent qu’à travers le prisme de l’économie et de la diplomatie. Certes ils sont primordiaux, mais tout se passe comme si la force, n’était plus un facteur d’influence, alors qu’il le reste manifestement dans le reste du monde.

Si l’on veut que cette perception change, avant qu’elle ne le fasse brutalement à notre détriment, il convient que nos officiers, militaires en retraites et autres chercheurs diffusent plus largement leur point de vue dans la société. Cela commence déjà avec des publications de très bon niveau, mais qui reste à mon sens assez confidentiel. L’armée devrait beaucoup plus encourager ses hommes à s’investir dans le débat public.

Tout en restant dans leur rôle, es militaires peuvent s’exprimer et communiquer sur leur métier, leur engagement au service de la Nation, mais aussi témoigner des réalités de ce monde.

Cela leur apporterait sans doute plus de reconnaissance qu’ils n’en n’ont actuellement, ce dont ils souffrent, mais aussi plus de prise en compte dans les débats qui ont lieu, notamment en ces temps pré-électoraux. Cela nous changerait pas mal du coté raz des pâquerettes des sujets actuellement abordés.

A vos plumes donc :)

vendredi 09 octobre 2009

Des BPC pour la marine russe

9 10 2009

BPC.pngAu départ, j’ai cru à un canular, alors j’ai commencé à cherche plus en avant, et j’ai confirmé ce que j’avais lu sur un ou deux sites spécialisés. C’était bien avant que les blogs plus institutionnels n’en parlent. Justement comme personne n’évoquait le sujet, je me suis dit que c’était peut être une rumeur, comme il en circule parfois. Ajouter à cela les déclarations donquichottesque des militaires russes (ils nous expliquent qu’ils vont monter une flotte autour de 5 ou 6 porte-avions), je n’avais pas vraiment pris l’info au sérieux. Cependant il semble que la volonté russe soit réelle, tout autant que l’ouverture française. De quoi s’agit-il. La marine russe souhaite acheter un Navire de la classe des BPC Mistral Français. Un construit, plus 3 ou 4 en licences chez eux avec le transfert technologique qui va avec. Plusieurs remarques :

  1. C’est une première que les russes achètent leurs armements à l’étranger, ce qui en dit long dans la confiance qu’ils ont dans leur propre industrie de construction navale. Un officiel russe affirmant que le projet, s’il devait être russe prendrait au moins 10 ans avant d’aboutir, s’il aboutit
  2. Décidément la guerre froide est bien morte, même si les russes ne sont quand même pas adressés aux américains
  3. De notre coté aussi, la réponse de base n’a pas été non, ce qui en dit long sur les changements de mentalité mais aussi sur notre besoin de contrat export

Ce sujet porte en lui de nombreuses questions. Certes la partie française a clairement fait savoir que l’accord commercial était lié à un accord politique. Je me demande d’ailleurs, dans quelle mesure notre allié américain va être consulté ?, Cependant, cet accord politique, s’il intervient, nécessitera quelques éclaircissements

  1. Quel type de transfert de technologie. On nous explique que la construction d’un BPC repose sur des technologies civiles, certes, mais dual tout de même puisque c’est un bâtiment militaire. Pas si simple à construire que cela, puisque les russes ne peuvent le faire seul. Il n’y pas d’ailleurs que la construction du bateau, le BPC est aussi un PS d’état-major avec réseau et transmission, cela fait-il partie de la demande, il est probable que oui. Si la seul capacité de transport était demandé, ils pourraient commander un navire de type RO-RO dans n’importe quel chantier naval du monde
  2. Qui fera l’intégration des systèmes de combat, armements et communications russes. Nos industriels, notamment Thales ont des compétences pour avoir travaillé dans le passé avec l’industrie aéronautique russe, mais je suppose que ces derniers vont veiller à ce que cette coopération ne nous en apprenne pas trop sur leurs systèmes.
  3. Comment gérer le fait de fournir un armement à un pays qui pourrait bien se retrouver en conflit avec nous, même de manière indirecte. La mention par la partie russe du besoin d’un BPC lors du dernier conflit en Géorgie est pour le moins embarrassant, même si elle a le mérite d’être claire. Que faire si on se retrouve en face de notre propre construction ? Certes on en connaitra les vulnérabilités, mais il se pourrait aussi que l’on doive les indiquer à nos alliés (américains par exemple) si c’était eux et pas nous en face. Et comment gérer diplomatiquement la morts de soldats alliés par un armement « made in France »
  4. Comment s’assurer que les russes ne vont pas proposer une copie « dumpé » du navire une fois qu’ils en auront la technologie, avec la possibilité qu’il se retrouve entre les mains des chinois par exemple. On sait que les russes ne font pas grand cas de la propriété intellectuelle, alors …. On s’est d’ailleurs déjà fait avoir par les espagnols sur les sous-marins. C’était déjà DCNS…
  5. Comment vont-ils payer ? avec la crise et la baisse du prix du baril, les finances ne sont pas aussi bonnes qu’avant.

Peut-être que je me pose plus de questions que sur la vente de Rafale à la Libye, qui fut notre ennemie (et qui l’est peut-être encore, sinon pourquoi la mission Epervier existe encore ?), qui est une dictature avec un mégalo à sa tête. Peut-être est-ce juste des relents de guerre froide, que le monde a définitivement changé. Peut-être que cette demande russe est aussi un moyen pour eux de s’insérer un peu plus dans le cadre des nations. C’est sans doute aussi une partie de billard à plusieurs bandes, pour nous éloigner de notre allié atlantique et nous faire se rapprocher d’eux, ne nous leurrons pas.

Beaucoup de questions donc. Nous verrons bien comment progresse ce dossier, mais je suis assez curieux de voir la tournure qu’il prendra.

vendredi 18 septembre 2009

Vous avez dit 5G ?

18 09 2009

poster-avions.pngAujourd’hui alors que mon esprit vagabondait lors de mon trajet quotidien en voiture, je me suis dit tiens au fait on parle d’avions de 5ième génération pour les derniers avions US, mais au fait elle part d’où appellation ? Ok je vous vois venir, le pauvre, il est bien dérangé son esprit, je voudrais pas y habiter :) Ok ok, cependant, de temps en temps on a aussi le droit à un billet plus léger non ? :)

Parce que on peut difficile dire que la 1ere génération ce sont les biplans de la Iere guerre mondiale, car il va nous manquer des générations vous ne croyer pas, surtout si on part du principe que les avions de 4ieme génération ce sont les F-14, F-15, F-16, Mirage 2000 et autres Mig-29.

Je vais donc remonter dans le temps pour voir s’il y a une cohérence :

  • 5G : facile il n’y a que 2 avions en lice, toute deux américains F-22 et F-35.
  • 4,5G : oups, en plus il mette des G intermédiaire ! Bon ok c’est plus pour du marketing et pour distinguer des avions conçu en fin de guerre froide mais arrivée à maturité après. Dans cette catégorie on trouve le Rafale, l’Eurofighter, le Su-30, le F-18F
  • 4G : Les avions des années 70-80 encore largement en service comme les F-14, F-15, F-16, F-18, Mirage 2000, Tornado, Su-27, Mig-29
  • 3G : la on recule d’une décennie avec les Mirage III, Mirage F1, F-4, A-4, F-104, Jaguar, Mig-21, Mig-23, F-8, Su-22
  • 2G : F-100, F-101, F-102, F105, Mig-19, Su-15,
  • 1G : F-84, F-86, Mig-15, Mig-17, Mystère IV

Donc on peut en conclure que le démarrage de la 1G se situe au niveau des 1er avions à reaction réellement opérationnel. A priori autour de la guerre de Corée.

Facile, mais encore fallait-il le déduire… Si un lecteur m’indique une autre logique, je suis prêt à l’entendre ;)

Sur ce bon week-end ;)

Modification de la stratégie anti-missile américaine

18 09 2009

thaad.pngCela devait finir par arriver. Tant d’un point de vue budgétaire, politique et diplomatique, il y avait de gros risque que l’installation d’une défense anti-missile américaine en Europe centrale tombe à l’eau.

Budgétaire en premier lieu, car le programme anti-missile américain coûte très cher, pour des résultats assez contestable (voir les déboires du THAAD ). En période de disette budgétaire et sur fond de crise économique, il était prévisible qu’Obama ferait des économies sur son dos.

Politique ensuite, car c’est aussi une manière de marquer la fin de l’ère Bush (et de la transformation américaine) qui misait sur le tout technologique en transformant les moyens en fins. Ce programme a crispé toute l’Europe par les dissensions qu’il y a fait apparaitre, toute en révélant de manière flagrante l’unilatéralisme américain, symbole de toute l’ère Bush.

Diplomatique enfin, car les Etats-Unis ont réorienté une partie de leur priorité sur L’Iran et l’Afghanistan, et pour cela ils ont besoin des Russes. Or l’installation d’un Radar très puissant en Tchéquie et de 10 missiles en Pologne était inacceptable pour les russes. Washington espère donc que cette concession amènera ces derniers à les aider sur les autres fronts. J’espère pour les américains qu’ils ont pris quelques garanties en la matière, car je n’aurais que moyennement confiance dans les autorités russes sur ce sujet.dispositif-du-bouclier-antimissile-americain.jpg

Il était en outre prévisible qu’Obama se détourne de l’Europe. D’abord parce que petit à petit le centre de gravité du monde se tourne vers l’Asie, et qu’ensuite après un certain nombre de concessions, le président américain n’a rien vu venir du coté des Européens, notamment sur les renforts en Afghanistan. A un moment il en a eu marre d’essayer…

Que reste-t-il donc aux européens de l’est farouchement américanophile sur ce dossier. Réponse : rien, que leurs yeux pour pleurer. A l’instar des britanniques sur d’autre sujet, ils ont la superbe démonstration d’avoir été sacrifié sur l’autel des relations américano-russes. Avec Washington, comme d’autres d’ailleurs, seul compte la force et les intérêts. Comme le disait for justement le Général de Gaulle, « un pays n’a pas d’amis, il n’a que des intérêts »

J’imagine leur dépit, après avoir tenue tête contre une bonne partie de leurs partenaires européens (dont la France et l’Allemagne), ils se retrouvent tout seul. Il est d’ailleurs significatif que ces deux pays aient les gouvernements (surtout les présidents d’ailleurs) les plus anti-européens à l’heure actuelle. On ne peut pas trop les blâmer d’aller vers les Etats-Unis pour recherche une protection militaire que les européens sont incapable de leur offrir.

C’est justement là qu’il y a une opportunité à saisir à mon avis. Il existe deux manières de se comporter envers eux :

  1. La jouer vainqueur, dans le style « on vous l’avait bien dit bande de gros nul que vous alliez vous faire avoir par les américains »
  2. La jouer magnanime « Ok, vous vous êtes trompés, mais maintenant et pour avancer, si on construisait une défense anti-missile européenne ». De ce point de vue nous avons beaucoup de carte à jouer. Une partie des briques technologiques existent déjà ou sont sur le point de sortir comme l’ASMP et son missile Aster. Ce serait là une formidable opportunité pour construire le reste du système, et donner ainsi à nos industriels les moyens de se positionner sur ce marché.

Bien sur, cela coute de l’argent, et pas sur que ces deux pays aient prévu d’en consacré à cela. En même temps cela pourra faire réfléchir les autres américanophile du continent quant à la réalité de la protection américaine.

mardi 15 septembre 2009

Pourquoi si peu de matériel déployé ?

15 09 2009

EC-725_Caracal.pngIl faut quand même dire que parfois je trouve que l'on fait un peu pitié. Regardez en Afghanistan, on a .... 9 hélicoptères dont 3 de transports, 3 avions utiles (2 transport et un tanker) et 6 avions de chasse. Comment dire, c'est misérable, surtout quand on le compare à certaines autres nations plus petites, sans parler du déficit criant de voilure tournante sur ce théâtre. Alors je me suis dit, c'est parce que on en a plus, c'est la misère mon pauvre monsieur !

Ben ouais, sauf que non en fait. Bien sur il sont vieux, bien sur le MCO fait qu'a peine 50% de ces hélicos sont en état de voler, mais quand même, rien que pour l'Armée de Terre, on en compte 420 (chiffre officiel du MinDef). Si on ajoute ceux de la Marine Nationale et de l'Armée de l'Air (là les chiffres sont plus dur à trouver) on doit au minimum être autour des 600 machines. Alors même avec un MCO à 50% il en reste 300. En faisant le tour sur le site du MinDef j'ai essayé de voir combien de matos on avait à l'extérieur du territoire. On a pas tout les chiffres, mais cela donne quand même une petite idée. Je vous donne ce que j'ai trouvé. Pour cela j'ai additionné les chiffres des Opex, des forces de souveraineté (DOM-TOM) et des forces pré-positionnées. Cela donne actuellement et uniquement pour les 3 armées (pas la Gendarmerie, les douanes, la sécurité civile et autres services de l'Etat):

  • 23 545 militaires
  • 5 Navires de combats
  • 22 petits navires (patrouilleurs, Batral, remorqueur ...)
  • 7 avions de patrouille maritime
  • 17 avions de transport ou ravitailleurs
  • 19 avions de chasse
  • 47 hélicoptères (7 Marine, 26 AdA, 16AdT)

Bien sur il doit en manquer, mais cela donne une idée du tableau. Alors quoi, on a besoins de plus de 250 hélcos en métropole, alors que nos soldats se batte à 6 000 km de là, c'est cela. Je sais que je fais de la stratégie de comptoir, mais ne pas être dans le système n'implique cependant pas de ne pas pouvoir s'interroger ...

Si on prends le seul cas des hélicos qui posent problème, même en tenant compte du fait qu'il en faut 3 pour 1 (1 en réparation, 1 en entrainement et 1 en déploiement) sur 600, il nous en reste 200, et on en a que 50 à l'extérieur de la métropole, non vraiment cela m'échappe. Bien sur ils ne sont pas tous du même type, bien sur il nous faut des transports (bizarrement le rapports de ces derniers en Afghanistan est pourtant de 3 transport pour 3 d'attaque !) et on en manque, mais cela m'échappe.

Faut pas non plus me faire le coup de la plus-value de la coalition, car

  1. elle manque d'hélicos et elle passe son temps à le dire
  2. Le jour de l'embuscade d'Uzbin, les américains ont renoncés à y aller car le risque était trop grand. Sans les deux Caracals de l'AdA et le courage de leurs équipages, le bilan eu été plus lourd. D'ailleurs, on remarquera que c'est après cet évènement que les moyens hélicos ont été renforcés là-bas.

Pendant ce temps nos alliés achètent des CH-47 ou d'autres engins, car ils ont compris que le besoin était là. Je ne suis pas sur que cela soit la bonne solution, mais je m'étonne qu'avec autant de moyens, nous ne soyons pas foutu d'en envoyer plus là ou cela est nécessaire. Quels besoins impérieux les retiennent en France ?

mardi 08 septembre 2009

Les chars de combats en action

8 09 2009

RAIDS_HS_32.pngAvec le HS Raids n°32, Marc Chassillian termine une série d’ouvrage sur les chars modernes. Les incontestables connaissances et qualifications de l’auteur et son écriture avec un style parfois truculent font de ces HS un réel plaisir de lecture. L’auteur n’hésite pas a bousculer les idée reçue, et la remise à l’honneur des chars de combats à l’occasion des derniers conflits en Irak, Afghanistan ou en Palestine renforce encore ses propos.

Contrairement à une idée répandu à la faveur de la « transformation » le léger et tout technologique ne peut pas tout faire. Là j’abonde. Il faut cependant dire que l’adaptation au combat urbain, est tout de même récente. Au sortir de la seconde guerre mondiale, le char était adapté au combat en espace ouvert, mais pas au combat en zone urbaine. Il me semble que la réflexion part des retex des conflits tchétchènes et de la dérouillé que les russes ont pris. Avec les technologies modernes et quelques adaptations, le char avec sa protection s’est révélé être le meilleur système d’arme pour aller plonger dans l’enfer urbain. L’auteur montre une préférence pour le Leclerc, ce qui au vu de ces responsabilité dans le programme est normal. Le Leclerc est de toute manière l'un des meilleurs chars de combats au monde, alors pourquoi se priver d’en faire la publicité.

Il indique une voie intéressante et intelligente pour la réutilisation des premiers Leclerc (79 en non pas 120 comme l’affirmait la presse apparemment) en engin pour le génie. C’est sans doute une bonne idée. Par contre pourquoi ne pas en faire des Leclerc T40, ces engins de reconnaissances sur-blindés, avec une partie de ces chars ?

De la même manière, pourquoi ne pas explorer la possibilité de les utiliser comme transport de troupe comme le font les israéliens. Ce type d’emploi ne serait-il pas valable sur d’autre théâtres avec d’autres armées ?

Juste une remarque en passant. Sauf si ma mémoire me joue des tours, je ne crois pas que le couple Leclerc-VBCI ait été abordé. Je suis étonné que l’auteur qui semble plutôt un partisan des chenille, ne se soit pas prononcé dans ces HS sur le choix d’un véhicule roues pour accompagné un engin chenillé. Il me semble qu’il avait écris un post sur le blog de M Merchet, mais je ne me souviens plus de sa position, mais j’ai peine a le voir comme un chaud partisan du VBCI, en tout cas pour accompagner les Leclercs. Cette absence de critique est-elle en rapport avec sa position chez Nexter, ou bien découle-t-elle d’un raisonnement autre ?

J’adore la remarque sur le MCO de l’Armée de Terre qui indique que la moitié de bon budget MCO est consommé par seulement 7 régiments de l’AdT les 3 d’hélicoptères et les 4 de chars d’assauts. Outre le fait cette situation est similaire dans d’autres armées et donc pas anormale, la petite note sur le budget MCO de l’armée israélienne qui avec 10 fois plus de chars et un PNB 14 fois inférieur à celui de la France, implique qu’Israël fait un effort 140 fois plus important que notre pays pour ces chars !

Bien sur il oublie qu’Israël consacre 7,5% de son PNB a sa défense et qu’il na peu ou pas de Marine, ce qui donne plus de ressource pour Tsahal, mais tout de même je trouve que la remarque fait mouche et est emprunte de bon sens.

L’auteur est un défenseur des chars, l’histoire lui donne raison, et en plus il défend ses convictions avec brio que du bon donc

jeudi 03 septembre 2009

Histoire de l'US Navy (suite et fin)

3 09 2009

Histoire_USNavy_T2.pngIl y a quelque temps, je m'était fendu d'un article sur un pavé que j'étais en train de lire, l'histoire de l'US Navy par Jean Moulin. J'ai fini de lire le tome , avec des difficultés, je l'avoue et j'ai aussi attaqué et terminé le tome 2.

ce second tome a été plus facile à lire, il faut dire qu'il est plus court (1945-2001), même si les annexe sont généreuses. Autant le dire tout de suite, c'est une vrai bible. Le travail de recherche est colossale et la précision des informations impressionnantes. Par contre, le coté un peu listing des navires est ardu pour le lecteur.

Néanmoins, je conseille la lecture à tous ceux qui s'intéresse à l'histoire de la marine américaine. Deux ou trois remarques m'ont fait un peu sursauté, comme le jugement expéditif sur la guerre du Vietnam où il est écris que tout en se gardant de juger, les armées américaines ont bien fait leu boulot, mais que c'est l'arrière qui n'a pas tenu. Je trouve que au vu de l'échec américain, ce jugement est pour le moins hâtif. A part cela, on apprends plein de chose, et on voit comment la marine américaine s'est débrouillé tout au long de son histoire pour se forger un outil puissant au service des Etats-Unis.

vendredi 28 août 2009

Un peu de nouveau

28 08 2009

Comme vous pouvez le voir, j'ai fait quelques changements sur le site. Changement de version de DotClear pour être à jour, changement de thèmes, et nettoyage dans les plugins du blog. Quelques nouveauté au passage avec la traduction. Je galère encore un peu pour certaines extensions, mais je vais persévérer. Tout n'est pas encore parfait, mais le site est fonctionnel. Si vous avez un avis, je suis preneur

Les maux de têtes de l'A-400M

28 08 2009

A-400M.pngCela pourrait être le nom d’un médicament pour donner mal à la tête A-400M ! On a déjà bien écrit sur ce programme, et je ne suis sans doute pas le plus qualifié pour en parler, mais je voulais réagir, certes en retard, à ce que j’ai lu sur le blog de M. Merchet sur le cout du programme et les autres options qu’ils avancent. Il est important de ne jamais fermer son esprit à d’autres solutions, mais il ne faut pas cependant oublier tous les autres aspects du problème.

Grosso modo, et pour résumer grossièrement, le cout de l’A-400M va prendre quelques 5 milliards d’euros dans la vue ce qui va faite grimper la facture de chaque avions d’autant. Au vu du prix d’un C-130J, inférieur même aujourd’hui au prix de départ d’un A-400M, pourquoi ne pas acheter sur étagère plutôt que de se pourrir la vie à les faire nous-mêmes. Surtout que l’argument n’est pas mauvais, en effet la différence est de l’ordre de 4 milliards d’Euros tout de même ! En effet cela paraît logique, hein pourquoi ! Y son con nos politiques, y s’y ont pas pensé, peut-être même que les militaires sont pour alors pourquoi on se casse la tête. Encore une logique d’industrielle franco-européen qui roule pour lui ou un truc comme cela, Il ya peut-être un peu de cela.

Premièrement, outre la question du prix, il a le délai, et autant que j’ai pu le comprendre les chaines du C-130J sont saturé pour encore un moment et dans tout les cas après le retard de livraison des A-400M, et bien au-delà de ce qui serait supportable par nos armées. Donc rien que cela ne rend pas les choses si évidentes. Pour le reste, il y a aussi une logique industrielle. Construire un concurrent du C-130 c’est comme au début d’Airbus un manière d’aller sur un marché ou les américains règnent en maître et ou le marché est demandeur. Le premier A300 a été difficile à construire, mais qui doute aujourd’hui de la pertinence d’Airbus sur le marché mondial et du nécessaire soutien que les états ont constitué au départ de cette aventure.

Dans le cas de l’A-400M on ne parle pas de 4 ou 5 exemplaires comme l’E-3 ou l’E-2 qui ne permette pas d’avoir de solution européenne, mais bien d’au moins 180 appareils sur le marché domestique européen, sans compter l’export. Le marché existe donc bien. Si cela marche et que dans 30 ans airbus est aussi devenu un avionneur militaire dans le domaine des gros porteurs (transport tactiques, stratégique, ravitaillement en vol, patmar, awacs, gunship…), il s’en trouvera beaucoup qui aujourd’hui critique les choix pour dire que c’était une bonne idée. Airbus a déjà un ravitailleur A-330 MRTT en vol, un transporteur tactique avec le CN-235, l’A-400M complètera donc son offre de manière opportune. D’autre part, il ne faut pas oublier que les spécifications entre le C-130J et l’A-400M ne sont pas tout à fait identique. En effet ce dernier va plus loin avec plus de fret que le C-130J, on ne peut pas tout comparer, même si ces deux avions se classent dans la même catégorie.

C-17.pngEnfin, même si cela chagrine certains, l’armée vit dans un monde d’interdépendance. Notamment, dans nos démocraties, son budget est aussi fonction de la vigueur de l’économie. Construire nous même nous coute peut-être plus cher, mais cela nous permet d’avoir plus de latitude dans nos choix, et surtout cela crée des emplois et de la richesse, qui a leur tour retourne sous formes d’impôts et taxes vers l’Etat et lui permette d’alimenter son budget défense. Personnellement, je préfère un avion à 140 millions d’euros dont une partie restera en Europe sous forme d’impôts, d’emplois, et d’investissements, qu’un avion similaire moins cher, mais dont le produit de la vente apportera la même chose à d’autres fussent-ils américains. Pour autant, les déboires de l’A-400M sont sources de problèmes qu’il va bien falloir affronter et des leçons qu’il faudrait tirer. D’abord le trou capacitaire, la location de An-124 est une bonne idée pour le moment, l’achat de CN-235 me semble plus douteuse dans la mesure où les avions ne sont pas du tout du même genre que l’A-400M, je ne vois guère comment il pourrait palier le manque de ces denier. J’aime beaucoup la solution d’un achat de 3 C-17 (comme quoi) car elle aurait deux vertus. La première de palier en partie le trou capacitaire, et la seconde d’offrir un allonge stratégique à l’armée de l’air que les A-400M ne lui donneront pas. Reste le problème du financement de ces solutions, mais aussi du surcoût de l’A-400M en ces temps de disette budgétaire, et là je sèche….

Ensuite la gouvernance, là je ne vois guère de solution, avec autant de partenaire, cela sera toujours le bordel, on peut toujours espérer un mieux, mais dans les fait j’ai bien peur que nos hommes politiques, toujours enclin a prioriser l’intérêt national par rapport à celui de l’Europe ne continue a ne fonctionner qu’en mode crise.

Enfin, ce programme est une bonne démonstration que faire assumer les risques par le seul industriel, ne peut pas fonctionner avec une entreprise de la taille d’EADS. On peut toujours lui faire signer des contrats avec de fortes pénalités et pleins de contraintes, si cela se plante, vous faîte quoi ? Vous réclamer les pénalités astronomiques à EADS ? et lui vous réponds, ok je suis dedans, donc je ferme 5 usines je licencies 10 000 personnes, et là vous faites quoi ? Quand on joue au pocker, il faut savoir bluffer, mais là, votre adversaire sait que vous avez plus à perdre que lui, donc c’est mort. On a cru que l’on pourrait faire porter les responsabilités aux autres, pas de bol ça ne marche pas, il faudra trouver autre chose

mardi 18 août 2009

Les bienfaits des vacances

18 08 2009

DSI_50.pngJe n’ai pas publié de post pour dire que je partais en vacances pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’ai tendance à considérer que tout le monde s’en fout, et tout le monde a bien raison !

Ensuite je ne publie pas assez pour que mon absence paraisse anormale, donc quel intérêt de dire que je ne suis pas là, alors que je ne publie que quelques post par mois tout au plus. Enfin, et surtout j’ai peu de temps, alors je préfère l’employer à un post utile plutôt qu’a un ou je dis que je ne suis pas là. Ceci étant dit, non pas pour critiquer ceux qui le font et qui, de part leur volume de messages, ont bien raison d’indiquer leur absence, ce qui permet de faire patienter ;-)

Voilà qui est dit, pour le reste les vacances ont été pour moi l’occasion de lire, loin de la télé chronophage auquel j’ai du mal à résister le soir en rentrant chez moi. J’ai pu notamment finir de lire les plus de 9 mois de revues que j’avais en retard ! et commencer un certains nombres de livres dont j’espère prochainement vous faire partager la lecture.

Un petit retour sur DSI et compagnie si je puis dire. Le numéro 50 est sortit au mois d’Août. Je suis ravi de cette réussite. Outre le fait que les revues du groupe Aérion comblent un manque évident dans le monde francophone, elles le font d’excellente manière, en alliant informations, réflexions de fond, théories et pratiques, ce qui est un équilibre difficile à tenir. J’avais eu l’occasion dans ce même blog, ma satisfaction quant à l’existence de ces revues, mais aussi la difficulté à lire certain article parfois trop académiques à mon goût. A un point que j’ai à une époque hésité à reconduire mon abonnement, tant j’avais du mal à digérer certain pan de DSI. Mais j’ai persévérer et je ne le regrette pas. Soit j’ai acquis plus de connaissances grâce à eux et je comprends donc mieux leurs écrits, soit ils ont amélioré la lisibilité de leurs articles. Il y a sans doute des deux, et les lires est redevenue un plaisir ; Qu’ils soient ici remercier pour leur formidable travail de vulgarisation et d’information. Il y a encore quelques passages dignes des plus belles tirades technocratiques que notre belle langue peut produire, mais on s’en sort 8-)

Juste une petite remarque de mise en page si je puis me permettre. S’il vous plaît pourriez-vous mettre les notes de bas de page sur la même page que celle où le renvoi apparait. Je trouve en tant que lecteur qu’il n’y a rien de plus agaçant que d’aller 2 ou 3 pages plus loin pour lire la note, qui est souvent très intéressante à lire. Soit on oublie de les lires, et on les loupes, soit on les lis à la fin et on perd le sens. Cela casse le rythme de la lecture, et pour tout dire c’est chiant :-/ Pour avoir l’exemple contraire avec les Hors Séries Raids ou les notes sont sur la même page que le renvoie, c’est beaucoup plus fluide et agréable à lire. Voilà qui est dit, peut-être serais-je lu et entendu :-)

Une chose que j’apprécie dans DSI, c’est aussi le coté rigoureux et impartial de la rédaction. En effet, on n’a pas en permanence la question lancinante des moyens qui nous indique que la défense français est sous-financée. C’est sans doute vrai, il faut sans doute le dire, mais on peut aussi voir les raisons d’espérer et les points d’excellences qui existent et il y en a. Bien en entendu, il faudrait un second PA, plus de frégates, plus de rafale, d’hélicoptères et encore plein d’autre bidule, mais dans le même temps nous avons une armée qui fait bien son métier qui tire le meilleur parti de ce que la nation lui donne et arrive, plus ou moins, à maintenir son rang, pas toujours comme nous le voudrions, mais comme dans tout tableau, il n’est ni blanc ni noir.

C’est toute leur plus-value de nous montrer le monde tel qu’il est avec les insuffisances des politiques, de la société et des militaires, mais aussi les réussites, comme le fait que la résilience de la société française soit plus forte que celle de ces politiques ou de ces médias, comme on a pu le voir dans l’embuscade d’Uzbin l’été dernier. Encore un exemple qui devrait indiquer à nos responsables que nous traiter comme des enfants n’est pas toujours la bonne manière de faire, mais j’aurais l’occasion de revenir dessus prochainement.

Bon boulot donc les petits gars, continuez et longue vie !

mardi 21 juillet 2009

Pas de bras, pas de chocolat

21 07 2009

second_PA.pngC’est l’été, alors on pense à la mer, la plage et le soleil. He ben moi l’été cela me fait aussi pensé au fameux PA2. Vous savez cette espèce d’arlésienne qui revient sur le tapis depuis à peu près, heu… très longtemps. Après avoir tenté d’être imposé par le gouvernement précédent (ce dont les anglais nous sauront grès longtemps), et donc par la même gâché quelques 200 millions d’euros je crois. Il a été « mis au frigo » par l’actuel président. Enfin « mis au frigo » c’est une expression, car qui peu sérieusement croire qu’il se fera un jour. Le report de la décision à 2011-2012 est juste une manière pour l’ancien candidat de ne pas se dédire. Souvenez-vous, peut-être l’unique fois où l’on a évoqué la défense dans la campagne présidentielle et N. Sarkozy de répondre à Ségolène Royale que la France pouvait se payer et une politique de l’enseignement et un PA2. Perdu, :-C en fait non elle n’en n’a pas les moyens la France.

En fait si elle en a les moyens, mais elle n’en n’a pas la volonté politique, ce n’est pas la même chose.

J’ai toujours été sidéré que les moyens soient pris comme une excuse pour ne pas faire. C’est comme les problèmes d’informatiques dans l’administration. Ce n’est pas la faute de l’ordinateur, c’est de la faute de ceux qui les programmes ou qui les utilisent pas des machines. En politique c’est pareil. On n’a pas les moyens de toutes les politiques, c’est un axiome qui a toujours été vrai de tout les temps. Mais l’objectif de la politique c’est justement de faire des choix. Se cacher derrière les moyens, c’est mesquin et petit. Alors quoi, on reporte une décision, juste pour faire oublier que c’était une promesse de campagne, un peu de courage ! Que l’on annonce que l’on ne le fait pas, pour sans doute plein de bonnes raisons et passons à autre chose.

Les bonnes raisons d’ailleurs, quelles sont elles. Elles ont déjà été évoqués par d’autres blogs (ici, ici, et encore par exemple, mais il y en a sans doute d’autre), mais je vais les reprendre. Petite mise au point avant, je suis dans l’absolu un chaud partisan de la construction d’un PA2. C’est pour moi un outil stratégique majeur pour la France et l’intelligence voudrait que l’on en ait deux pour assurer une permanence. On remarquera d’ailleurs que c’était le cas avant. Je m’étonne d’ailleurs de la vente du Foch au Brésil. Si ce bâtiment pouvait encore servir, pourquoi ne pas le conserver, cela aurait sans doute couté moins cher que d’en construire un neuf. Il eut été moins moderne et moins pratique, mais au moins il aurait existé !!! Si les brésilien peuvent l’armer et l’entretenir pourquoi pas nous, qui l’avons construit. :-|

PA2.pngJ’ai déjà eu l’occasion de le dire, si je suis favorable au PA2, je tiens encore plus à la cohérence d’ensemble de la politique. On parle du PA2 afin de permettre une permanence de cet outil. Soit, mais cela fait un peu cher pour 15 mois de mer tout les 7 ans. Ben oui parce que pour rentabiliser l’investissement et à moins que l’on ne veuille avoir une « reine des quais » comme le dit si joliment J. Henrotin, il faut

  • Un second équipage, car avec un seul, on ne peut pas faire voguer deux bateaux. Et comme on n’a pas construit les deux PA en même temps, les compétences demandées ne sont pas les mêmes, donc un seul équipage contraindrait à ce que ce dernier se réapproprie le bateau, sans parler des spécialités non utilisé comme les atomiciens sur une PA classique (option qui avait été retenue pour le PA2 dans les études)
  • Un second groupe aérien, parce que … un PA sans avions, c’est au moins aussi utile qu’un tracteur pour faire les 24h du Mans LOL
  • Un second groupe d’accompagnement. He oui, un PA sans protection de frégates anti-aérienne, anti-sous-marine, sans SNA, sans pétrolier-ravitailleur pour l’accompagner, c’est un peu comme une voiture sans l’option moteur, volant et roue, cela ne sert à rien non plus !

Tout cela (au moins les deux derniers points) on ne l’aura pas, car les choix ont déjà été faits.

  • Pas plus d’avions pour la Marine Nationale (et peut-être même moins). Une solution, peut-être stupide, mais ou point on l’on en est, autant faire avec des bout de ficelles, ce serait de verser tout les Rafales à l’Armée de l’Air, et de répartir les achats 50/50 entre des Rafales Air et des Rafales Marine. On fait passer les qualifs Aéronavale à suffisamment de pilotes, et du coup on a assez pour faire deux groupes aériens. Je vous avais prévenu, c’est du bout de ficelle !
  • Le nombre de frégates a été réduit de 17 à 11, donc déjà que cette flotte n’avait pas été taillé pour deux PA, ce n’est pas en la réduisant que l’on en aura assez pour faire escorter deux PA.

J’ose espérer que les marins ne vont pas persévérer pour avoir une coque vide, qui les priverait d’autres coques plus utile. Des choix différents ont été faits. Je ne les approuve pas, mais on ne vit pas dans le monde de Winnie l’ourson. Donc plutôt que de courir après une chimère ou espérer que nos hommes politiques se mettent à penser stratégie, plutôt que petit coup médiatiques, mieux vaut se concentrer sur ce qui est faisable plutôt que sur nos chimères. Il faut mener les combats que l’on peut gagner. 8-)

vendredi 10 juillet 2009

L’Amérique en Armes, Anatomie d’une puissance

10 07 2009

amerique_en_armes.pngC’est sans doute un des premiers ouvrages « théoriques » que je lis depuis longtemps, en tout cas sur le domaine « militaire ». Autant vous le dire tout de suite j’ai adoré. Pour connaitre un peu les Etats-Unis, j’avoue avoir été saisie par la capacité de l’auteur à comprendre la mentalité américaine, et surtout à en expliquer les racines. J’ai retrouvé ce que je savais, mais cela m’a permis de mieux la comprendre et de la remettre dans son contexte.

Le livre a été publié quelques mois après le 11 septembre, et c’est tant mieux, car avec le recul, on voit a quelle point l’analyse de M. Desportes est juste. Il est fascinant de voir a quel point les évènements qui ont suivi depuis se calque sur son analyse. La guerre en Irak, la manipulation des média sur les armes de destructions massives, la mise en œuvre de la torture…, tout cela prend une place logique lorsque l’on a compris comment fonctionne les Etats-Unis.

Les schémas de fonctionnement de ce pays que j’apprécie au plus haut point, y sont décortiqués, analysés avec des points importants qui se dégagent La tendance Jominiène de L’armée US, les relations politique/militaire, la notion morale de la guerre chez les américains, leur fascination pour la technologie et la sacralisation de la vie. Tout cela prend une place compréhensible. Cela ne signifie pas que je les approuve, mais les comprendre permet sans aucun doute d’éviter les malentendus, et pourquoi pas mieux appréhender leur pensée, pour mieux les contourner. Il est d’ailleurs frappant de constater les différences de points de vue qui peuvent exister entre eux et nous, européens.

Le livre a parfois tendance à se répéter, mais c’est un réel plaisir à lire, et je le recommande chaudement. Même pour ceux qui ne sont pas intéressé par les problématiques militaires/géopolitiques, le premier chapitre est véritablement essentiel pour comprendre les américains. Rien que pour cela le livre en vaut la peine. Si j’osais, je dirais presque que l’auteur devrait le proposer libre de droit (le premier chapitre) sur le net. Il permettrait peut-être de réduire quelque peu le fossé d’incompréhension qui sépare les européens des américains. L’écriture de l’équivalent sur le mode de pensé européen (si tant est qu’il existe) serait d’ailleurs aussi intéressant et instructif pour nos « cousins » d’outre-Atlantique. Avis aux amateurs…

lundi 29 juin 2009

Retour en ligne

29 06 2009

retour_en_ligne.pngJ’ai un peu honte,

Il y a presque un an, j’ai laissé tomber mon blog sans prévenir personne. J’avoue qu’au départ, la pause ne devait pas durer longtemps, mais une chose en entrainant une autre, elle a fini par se prolonger.

Une maison à finir de retaper, le fait de devenir papa d’un merveilleux (forcement !) petit garçon, combiné à une très grosse activité professionnelle, m’a contraint à faire des choix. J’ai aussi été obligé d’abandonner mes lectures favorites, les revues s’accumulaient dans un coin de mon bureau. Aujourd’hui, je comme à refaire un peu surface. Ce n’est pas encore cela, mais ça va mieux. Je vais donc essayer de reprendre le fil. Bien des choses se sont passées depuis mon dernier article. A l’époque c’était le livre blanc et la restructuration des armées.

Depuis il y a eu l’embuscade d’Uzbin, l’accident de Caracassonne, les relations du président avec l’armée, la réintégration de l’OTAN, l’Afghanistan, L’Irak, l’élection d’Obama, les prises d’otages par les pirates somaliens. J’en oublie sans doute encore autant. A chaque fois, j’enrageais de ne pas avoir le temps d’écrire… J’ai essayé de me tenir au courant, et je vais me remettre à écrire. Ce ne sera sans doute jamais du même niveau conceptuel des autres blogs (voir ma bloglist), mais ce sera ma pierre à l’édifice. Je remarque d’ailleurs que la liste des sites s’est élargie, et c’est tant mieux.

J’ai aussi l’impression de mieux comprendre certaines réflexions (comme ce qui est présent sur le site de Joseph Henrotin, ou de François Duran). J’ai a ma plus grande surprise, réussi à lire et a beaucoup apprécier, le livre de Vincent Desportes, L’Amérique en Armes, anatomie d’une puissance. Il fera l’objet d’une petite fiche de lecture prochainement.

Je vais recommencer doucement, peut-être un ou deux articles par mois. Je dois aussi faire évoluer l’outil qui gère mon blog, car de nouvelles fonctionnalités intéressantes sont apparues avec les dernières versions.

« Stay Tune » comme on dit

jeudi 24 juillet 2008

Nouvelle carte militaire française

24 07 2008

char_interdit.pngLes coupes sombres viennent de tomber. Je vous fais grâce de la liste que vous pourrez trouver dans des billets sur SecretDéfense ici, ici, et . Il y en a un aussi sur Zone Militaire

Pour ceux qui préfère quelque chose de plus "multimédia", j'ai trouvé sur France-Info une carte interactive de la restructuration. La voici:

Enfin, le Mindef a publier des document PDF comprenant les fermetures et déménagement des unités militaires, les cartes associées et un dossier expliquant cette réforme. Je les attache à ce post.

mercredi 23 juillet 2008

Un an déjà: Bon anniversaire !

23 07 2008

1an_anniversaire.pngCela fait un an que je tiens ce blog. Un an ou j'ai essayé de faire de mon mieux pour apporter ma petite pierre à l'édifice. la qualité est souvent inégale, mais c'est sans doute le fait d'être un amateur qui fait cela.

Je fais de mon mieux, j'essaye de poster quand j'ai le temps, pas assez à mon gout. Je vais continuer parce que j'adore cela. J'ai eu aussi le droit à un certains nombres d'encouragements de la part de vous mes lecteurs 8-) et cela ça fait chaud au cœur croyez-moi.

En un an l'actualité militaire et stratégique a été chargée, notamment avec les guerres en Irak et en Afghanistan, mais aussi avec le livre blanc en France. J'ai parfois loupé certains articles, car je n'ai pas pris le temps de les écrire, voire de les publier (comme sur la démission du Général Cuche par exemple), mais ce n'est pas grave, on apprend en marchant comme ont dit.

Je vous remercie donc de me lire, de m'encourager, de critiquer et de commenter mes écris. Comme un premier anniversaire est aussi l'occasion de faire un petit bilan, je vais donc en profiter pour vous donner quelques statistiques sur le blog.

Commençons par la production. En un an, j'ai écris 66 billets, qui ont suscités 86 commentaires. J'ai créé 34 galeries contenant 325 photos pour la plus part du Bourget 2005. Je tiens d'ailleurs à dire que je suis près à accueillir des photos d'autres personnes si le cœur vous en dit. J'en ai déjà eu une du dernier TigerMeet. LOL

Bon voilà pour le contenu, pour ce qui est des visiteurs maintenant, je dois avouer que j'ai été très surpris. Je pensais que j'écrirais plus pour moi-même que pour les autres, dans le sens ou je n'imaginais pas vraiment être lu régulièrement. Je me trompais (c'est pas la première fois :( ). En fait j'ai des lecteurs réguliers depuis un certain temps, entre 20 et 30 par jour ce qui est énorme pour moi, et m'encourage donc à continuer.

Il se trouve que j'utilise les service de GoogleAnalytics pour savoir un peu ce qui se passe sur ce site. Je vais donc vous infliger quelques statistiques (en images et en chiffres) sur la fréquentation de ce blog.

On commence par la fréquentation depuis l'ouverture de ce blog l'année dernière: 1an_stats_nbvisites.png

On passe ensuite aux moyens d'arriver sur mon blog: 1an_stats_OrigineVisites.png

Sur les 12 574 visites(1), 11 300 viennent de France et le reste des autres parties du monde, j'ai donc préféré séparé les deux afin de rendre ces informations plus lisibles. A tout seigneur, tout honneur, on commence donc par la France: 1an_stats_visitesFrance_carte.png

Et voici pour le reste du monde, la fréquentation par pays (France exclue), et la répartition des visites sur les 10 pays les plus importants (France exclue). On notera que les deux pays autre que la France qui me visite sont la Belgique et les Etats-Unis, ce qui pour le premier vient sans doute du fait que certains blogeurs "mili" qui sont belge (comme J. Henrontin) 1an_stats_visitesMonde_carte.png

1an_stats_visitesMonde.png

Et voilà, donc un an de passé. Quoi de neuf pour la suite. en partie l'actualité décidera, et pour le reste, je vais essayer d'ajouter une fonction de traduction automatique à mon blog, ce sera toujours mieux que rien. On verra cet été si j'ai le temps de faire cela.

Merci donc à tous 8-)


(1) J'utilise aussi un compteur qui se trouve en bas de la barre latérale. Les deux outils étant différents, ils donnent des résultat complètement différent. J'ai tendance à accorder plus de crédit à ceux de GoogleAnalytics, le compteur donne surtout une tendance, c'est mieux que rien sur le site ;)

mardi 22 juillet 2008

Bourbier Afghan ?

22 07 2008

bourbier_afghan.pngIl est étonnant de constater comment les situations évoluent en ce monde. Prenez l’Irak, nous somme passé de la campagne victorieuse et foudroyante de 2003 à un bourbier sans nom ou ont péri plus de 3 000 GI’s, des dizaines de milliers d’irakiens et combien d’autres encore. Tant d’hommes tombés, et l’hyper-puissance américaine avec. Et alors que tous le monde promettait une sortie de crise à la vietnamienne, retrait piteux des Etats-Unis de la région, voilà que le « Surge » combiné à un changement de stratégie américaine semble apporter une amélioration que peu de commentateurs imaginaient possible il y a encore un an. Rien n’est gagné, et il convient d’attendre pour voir si cette tendance se confirmera, mais les choses évoluent. Bien sur on n’en serait pas là si les américains n’avaient pas déclenché cette guerre blabla blablabla… je ne discuterais pas ici de ce qu’il aurait fallu faire ou ne pas faire. Nous vivons dans ce monde, qu’il nous plaise ou pas. On peut faire de notre mieux, mais passer son temps à ressasser ce que le passé aurait du être pour que le futur soit meilleur (et encore il faudrait être devin) est plus que stérile.

J’en viens maintenant à l’autre théâtre d’affrontements, j’ai nommé l’Afghanistan ou A-stan comme j’ai pu le lire. Une interview de Gérard Chaliand publié dans Le Monde (http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2008/07/21/la-victoire-de-l-otan-en-afghanistan-est-impossible_1075405_3216.html) a suscité un grand nombre de réaction dans la blogosphère. Que l’on en juge par la liste des posts suivants que je vous invite à consulter (et auquel j’ajoute le mien :)

En rapportant l’article, certains se sont fait critique, notamment sur le faut que un de nos CDG, selon les Talibans (ndlr Centre De Gravité, pour sa définition je vous renvoi au débat entre O. Kempf, J. Henrotin et F. Duran) serait notre faible propension a accepter les pertes en vies humaines. Outre le fait que je ne pense pas que cette faiblesse soit si grande, je ne pense pas qu’elle soit un CDG. De ce que je vois, la théorie du 0 mort à quand même du plomb dans l'aile depuis le 11/09. Plus de 3000 morts en Irak sont passé par là, et il me semble que les Etats-Unis ont prouvé qu'ils pouvaient "encaisser" cela quand ils estiment que leur sécurité est en cause (quoi que l’on en pense par ailleurs).

François Duran, dans le même esprit bien posé le problème du moment opportun de la négociation. Nous sommes apparemment dans un statuquo ou personne ne semble pouvoir l’emporter. Les Taliban ne peuvent défaire l’OTAN et cette dernière ne peut les éliminer aussi, en tout cas pas avec les moyens dont elle dispose sur le terrain et il semble peu probable qu’elle obtienne ceux qui lui serait nécessaire. Le pessimisme de G. Chaliand est effectivement de mise, ce qui ne signifie pas que tout soit perdu. O. Kempf le dit très justement. La guerre, car c’est bien de cela qu’il s’agit, est une affaire de VOLONTE, plus de moyens. Nous ne pourront peut-être pas gagner comme on l’entendait durant le second conflit mondial, mais on peut espérer atteindre des objectifs raisonnables comme bloquer le développement de l’islamisme radical, et l’empêcher de faire tomber le Pakistan avec ses bombes nucléaires, car cette données fait aussi partie de l’équation. A partir de là, et en position de force, nous pourrons alors négocier une sortie de ce conflit, encore faudra-t-il trouver des interlocuteurs, ce qui ne sera pas chose facile.

taliban.pngAinsi que je l’ai déjà exprimé, autant je pense que l’Irak fut une erreur, autant je pense que l’Afghanistan est aujourd’hui notre frontière sécuritaire externe. Se battre là-bas nous évitera de nous « battre » sur notre sol (sous forme d’attenta). Ne pas permettre qu’un état ou un non-état en l’occurrence ne serve de refuge et de phare pour tous les djihadistes du monde entier fait aussi parti des buts de guerre de ce conflit. Comment la communauté internationale, et les Etats-Unis en particulier pouvaient répondre aux attentas du 11 septembre ? Ne rien faire était impensable, surtout aux yeux des américains, n’envoyer que quelques missiles de croisière n’aurait servi à rien. Il ne restait donc que l’intervention.

Encore une fois, ce n’est pas forcement qu’un problème militaire, mais c’est plus un problème d’objectifs et donc de politique. Il n’y a pas de volonté politique claire sur ce que l’on veut faire là-bas. L’envoie de troupe et le déversement de montage d’argent dans des mains corrompus serve de politique qui n’en n’a que le nom. Quand nous auront fixés des objectifs, mis les moyens en face, alors nous pourront avancer dans la bonne direction et forcer à négocier « ceux d’en face ». Reste que pour le moment, tout cela n’est qu’un vœu pieu.

On touche là sans doute l’un des points faibles des coalitions de pays. On a plus de moyens, enfin, on peut en mettre moins puisque l’on est plusieurs, mais les décisions sont plus difficiles à prendre, car il faut obtenir un consensus entre les nations participantes. Déjà qu’à l’échelle d’un pays seul, il est difficile d’obtenir une politique claire, on voit ici la confusion que peu entrainer des directions multi-céphale.

lundi 21 juillet 2008

La politique étrangère de la France

21 07 2008

DIPLOMATIE_HS06.jpg Après mon dernier billet, je vais saluer le très bon travail réalisé sur le hors-série n°6 du magazine Diplomatie. On y retrouve un ensemble de textes, cartes, et chronologies traitant de la politique étrangère de la France du moyen-age à nos jours. Ce genre d'ouvrage est toujours intéressant car il permet de remettre en perspective le traitement de l'histoire de France dans un contexte plus large. Il agence ainsi une succession d'évènement, qui pris individuellement, n'ont pas forcément de liens entre eux, mais qui une fois la hauteur de vue prise, prenne tout leur sens.

La hors-série laisse un peu sur sa faim, ce qui montre combien il est bien fait, mais cela est sans doute inhérent au format même de cet ouvrage. Bravo donc pour ce numéro et particulièrement pour les chronologies qui m'ont permis de (re-)découvrir un certain nombre de faits de l'histoire de France. Tout n'est pas toujours du à la médiocrité de nos dirigeants, les circonstances ne nous ont pas toujours été favorables. J'ai particulièrement été intéressé par la partie sur Napoléon III, qui, je le pense depuis un certains temps, a été bien plus vilipendé qu'il ne le méritait.

Vous trouverez ce numéro en kiosque, et pour le sommaire c'est ici que cela se passe

Critiques constructives

21 07 2008

publication_areion.gifJe ne sais comment écrire ce post. Il me trotte dans la tête depuis un bon bout de temps. Je me dis que je ne suis peut-être pas le seul à penser comme cela. Mais il y a aussi la volonté de ne pas blesser les personnes à qui s’adresse mes remarques, car leur travail est par ailleurs remarquable.

Alors, après toutes ces précautions, je me lance. J’apprécie beaucoup de voir la renaissance de la presse spécialisée dans le domaine de la défense. Dans ce type de publication, la durée de vie de certains titres est parfois courte faute de lecteur. Dernièrement on a vu apparaitre DSI et T&A. Je suis abonné aux deux, mais j’ai deux remarques.

Tout d’abord sur la multiplication des titres. Après la bi-mensualisation de T&A, on assiste à une profusion de HS dont ceux de DSI qui vont devenir bi-mensuel aussi d’après ce que je comprends, ce qui je trouve est un peu antinomique d’un HS qui a pour moi plus vocation a être épisodique. Là-dessus se rajoute un DSI documents dont je ne voit pas pourquoi il n’est pas un DSI HS. Cette profusion serait géniale si ce n’était les tarifs, nécessaires pour faire vivre leurs auteurs, qui finissent par peser sur le budget de votre serviteur en ces temps de baisse du pouvoir d’achat. Vous me direz, tu n’a pas a les acheter si tu n’en n’a pas les moyens. Oui mais voilà c’est aussi pour moi le moyen de m’informer, et donc faire vivre aussi ce blog, et puis surtout j’ai un petit coté collectionneur compulsif qui m’empêche de laisser passer un numéro ;-( . Parce qu’en plus d’être abonné à DSI et TA, je le suis aussi à Marine et Forces navales et RAIDS HS. Si on compte les HS des autres publications, et le Courrier International, on comprendra que mon budget presse est conséquent. D’où ma complainte :-( .

Ne serait-il pas possible dèjà de permettre aux abonnés d’avoir accès aux HS avec des tarifs préférentiels et surtout inclus dans un abonnement, car je manque de temps pour aller chez mon marchand de journaux ? 8-)

Allez seconde critique (constructive). Je trouve passionnant les débats théoriques sur tous les concepts actuels sur la stratégie, la tactique, mais je trouve que certains articles, de DSI en particulier, sont parfois un peu trop « académiques ». je lis en ce moment DSI HS sur Eurosatory, et bien au 3ième article revenant sur Scorpion, je n’ai toujours pas compris ce que c’était. Je ne suis sans doute pas assez au fait, mais je ne pense pas non plus être un idiot complet. Il pourrait donc être utile parfois de faire relire certains écris par des non spécialistes, mais néanmoins intéressé afin de voir s’il ne leur faut pas un dico tout les 3 mots pour comprendre le sens de la phrase. Je pense qu’il est important d’avoir ces réflexions, mais peut-être serait-il possible de « simplifier » le propos pour le rendre compréhensible. Comment est-ce cette maxime déjà « ce qui s’énonce clairement, se comprends facilement ». ;)

Ceci étant dit, cette critique se veut constructive. J’apprécie pleinement d’avoir enfin retrouver une presse de qualité sur ce sujet. Si je suis seul a faire remonter ces remarques, alors oubliez moi et je ferais avec, sinon faites ce que vous voudrez avec. Que les auteurs n'en prennent pas ombrage, j'aime lire ces revues, j'y apprends pleins de choses, on doit juste pouvoir améliorer un petit peu les choses.

Enfin ce n'est que mon avis ;)

vendredi 18 juillet 2008

Partage de mes univers Netvibes

18 07 2008
J'utilise Netvibes comme page d'accueil sur le web. Cela me permet en un clin d'œil de visualiser l'ensemble des sites sur lesquels je veux garder un œil. Je conseil à ceux qui ne connaisse pas le concept de genre de site ou qui sont abonné à d'autre site comme iGoogle d'aller faire un tour sur Netvibes. Au fil du temps je me suis constitué deux onglet qui rassemble tous les fil RSS portant sur les sujets militaires que j'ai trouvé sur le net. Pour la plupart il se trouve dans ma blogliste, mais pas tous. Il se trouve que sur Netvibes on peut partager ses onglets avec le reste de la communauté. alors voilà, je vous les met en partage. ne cliquant sur l'un des icônes ci-dessous, un nouvel onglet apparaitra dans votre page Netvibes, pour peu que vous en ayez une. Sinon vous pouvez vous créer un compte c'est gratuit. Si certain d'entre vous connaisse d'autres liens je suis preneur.

Mon premier onglet militaire: Add to Netvibes

Mon second onglet militaire: Add to Netvibes

Bonne lecture à tous 8-)

mardi 15 juillet 2008

Mise à jour de la liste des liens

15 07 2008

Cela faisait un certain temps que je n'avais pas remis à jour ma liste de liens. Entre temps un grand nombre de nouveaux acteurs sont apparus. Le foisonnement de nouveaux titres associés à leur pertinence marque sans doute un bouillonnement intellectuel des plus utiles.

Bonne lecture à tous, 8-)

- page 1 de 5